16 mai 2013
Fermeture du Collège Antoine-Girouard
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Je vous partage mon point de vue en tant que parent face à la fermeture du Collège Antoine-Giroaurd.

Je suis certaine que vous êtes d’accord avec tous les programmes de prévention du décrochage scolaire. Selon vous, il est même important d’investir dans ces programmes. Que veut-on pour nos jeunes? On veut que nos jeunes soient motivés, soient heureux dans leur milieu scolaire et que par conséquent ils puissent réussir. C’est l’objectif du milieu scolaire et en tant que parents, c’est ce que nous désirons. Alors, expliquez-moi pourquoi plus de 400 jeunes du Collège Antoine-Girouard se voient dans l’obligation de quitter le mileu auquel ils ont un sentiment d’appartenantce très fort, un mileu qu’ils aiment, un mileu dans lequel ils se réalisent au point de vue sportif, académique et humain.Lors d’une réunion de parents au mois de février, dans l’établissement du Collège Antoine-Girouard, la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe nous a fait part de son enchantement de reprendre le projet du collège. Dans ma vision, reprendre une école, ce n’est pas seulement reprendre quatre murs, des pupitres et des chaises. Reprendre une école implique son équipe d’enseignants. C’est l’essence même d’une école. Pour reprendre les propos d’un des commissaires et conseiller municipal (Le Courrier, 7 mars 2013) :« Ce que j’aurais trouvé le plus dommage, c’est de voir le collège disparaître complètement. Que la Commission scolaire puisse prendre la relève, je trouve ça très intéressant, surtout si ça permet aux enseignants de poursuivre leur carrière dans ce qu’ils aiment, et il y a toujours eu d’excellents enseignants à Antoine-Girouard. Je pense entre autres à Jean Beauregard, en sciences, à Simon Desautels, au sport-études, à Richard Gervais, en français, qui m’ont tous enseigné et qui sont encore là, je crois », a commenté David Bousquet.Ces 29 enseignants du collège forment une équipe extraordinaire. C’est grâce à eux, à leurs valeurs et leur philosophie que nos jeunes peuvent s’épanouir. Donc, le projet du collège ne peut se réaliser sans nos enseignants. Il est donc primordial de leur offrir des conditions respectueuses. Comment se fait-il que l’offre de la commission scolaire ne pouvait même pas garantir l’emploi de nos 29 enseignants. Plus de 400 jeunes impliqués, 29 enseignants du collège contre 1 000 de la commission scolaire. La demande de nos enseignants est claire : ils veulent rester dans leur établissement auprès de leurs jeunes. Ils ne veulent pas aller enseigner dans les autres écoles de Saint-Hyacinthe. Il me semble qu’une entente est possible. Il me semble que leur demande est tout à fait raisonable. Expliquez-moi alors pourquoi ils n’ont pas réussi à établir une entente avec eux. N’oubliez pas dans toute cette bataille syndicale : ce sont des jeunes qui tentent de construire leurs rêves. L’école est supposée les accompagner et non détruire leurs aspirations.Comment vont réagir nos jeunes face à un changement d’école si brutal et imposé, comment pensez-vous que nos jeunes soient capables d’être motivés dans leur étude de fin d’année? On parle ici de jeunes en pleine construction de leur être. Changer d’école est pour eux un deuil… Un deuil qu’ils doivent vivre en raison d’une bataille syndicale, en raison d’une bataille d’adultes. Il est clair que la commission scolaire ne voit qu’à ses propres intérêts. Quelle est sa priorité? Quelle place occupe nos jeunes dans sa vision?Comment peut-on expliquer qu’une commission scolaire soit si emballée par un projet, mais ne soit pas en mesure d’offrir à nos 29 enseignants des condtions de travail respectueuses. Ils méritent des conditions à la hauteur de ce qu’ils accomplissent à tous les jours et depuis tant d’années. Nos jeunes ne veulent pas d’une autre école. Les enseignants les aident à construire leurs rêves. La fermeture du collège leur laisserait un goût si amer du monde scolaire. Ce sont nos jeunes qui doivent sortir gagnants. Une entente est possible si nos chers dirigeants de la commission scolaire mettent leurs valeurs et leurs priorités aux bons endroits.

Anny TremblayRichelieu

image