5 février 2015
Fermons Hochelaga
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Dernièrement, le président du conseil du patronat, Yves-Thomas Dorval, alias le boss des boss, s’est présenté en commission parlementaire, avec l’idée géniale qu’en période d’austérité budgétaire : les villages dévitalisés, ça coûte cher, facque débranchez-moi ça.

Coudonc, il se passe-tu une semaine sans qu’on tape sur le moral rural? Pourquoi ne pas en rajouter une couche? Anne-i-wé, une région plus c’est loin, plus ça a le dos large. Pis j’ai pas à payer pour leur choix de vivre à l’aut’bout du monde…

Vieilles idées à la couenne dure. On en jasait dans les années 70 avant de se rendre compte que l’occupation du territoire était une bien meilleure affaire pour tout le monde. Avec une bête logique comptable, on pourrait aussi fermer les quartiers Hochelaga, Centre-sud et Saint-Henri qui ont un taux de chômage pas mal plus élevé que la Côte-Nord pis toute déménager ce monde-là à Port-Cartier. Mais non, on propose plutôt l’inverse. Vider les régions en ville.

Ah bien sûr, le ministre Pierre Moreau s’est opposé à l’idée de fermer les régions pauvres. Mais le lendemain, on apprenait que le gouvernement ne renouvellerait pas son aide financière pour les régions pauvres. Facque, on les fermera pas. Elles vont fermer d’elles-mêmes plus tard. Les banques reprendront leurs terres, puis les habitants iront en ville faire pression sur les salaires. C’t’une bonne affaire, mais pas pour tout le monde. Juste pour le monde des affaires.

***

Les élus montréalais ont contré un imam radical avec un… règlement municipal. Quel courage! Comme s’attaquer à la pollution en changeant les normes environnementales. Yé. Voyez, pas besoin de bébelles comme la laïcité pour contrer l’intégrisme religieux, juste un changement de zonage pis l’affaire est réglée… comme par miracle!

Ah, vous croyez?

image