15 octobre 2015
Filion dirige ses flèches vers Sansoucy
Par: Jean-Luc Lorry
Le candidat bloquiste, Michel Filion. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le candidat bloquiste, Michel Filion. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

À cinq jours du scrutin, le candidat bloquiste Michel Filion lance quelques flèches en direction de la néo-démocrate Brigitte Sansoucy qui aspire elle aussi au poste de député dans Saint-Hyacinthe/Bagot.

Publicité
Activer le son

M. Filion assure qu’en cas de victoire le 19 octobre, son engagement sera très ­différent de celui de l’ex-députée néo-­démocrate, Marie-Claude Morin.

« Je ne serai pas qu’un simple facteur entre les citoyens et Ottawa. Il est fini le temps de l’absence et du silence pour Saint-Hyacinthe/Bagot », promet Michel Filion, en entrevue au COURRIER. Rappelons que Mme Morin a fermé son bureau de circonscription fin septembre et mis fin parallèlement à ses services aux citoyens.

Le candidat bloquiste considère faibles, les chances que le chef néo-démocrate Thomas Mulcair accède à la fonction de premier ministre.

« On sait que le NPD ne sera pas au ­gouvernement. Cette formation est ­désespérée. La tendance actuelle penche plutôt vers un gouvernement libéral ­minoritaire », prédit M. Filion.

Durant la campagne électorale, M. Filion a trouvé que les propos de Brigitte Sansoucy étaient à quelques reprises, en contradiction avec ceux de ­Thomas Mulcair.

« Concernant la caisse d’assurance-­emploi, Mme Sansoucy nous affirme que le NPD n’y toucherait pas pour équilibrer le budget. Au second débat en français, son chef a dit tout le contraire en ­admettant que son parti pigerait dans cette caisse, et ce, dès la première année au pouvoir », observe le candidat ­bloquiste.

« L’argent de la caisse de l’assurance-emploi doit servir aux travailleurs qui vivent des moments difficiles. Cette taxe sur le travail ne doit pas servir à ­camoufler la mauvaise gestion des ­finances publiques du gouvernement ­fédéral », poursuit-il.

Michel Filion dit avoir de la difficulté à comprendre la candidate néo-démocrate locale lorsqu’elle dit que les villes sont souvent confrontées à une joute de tennis politique quand il est question d’aide ­financière en matière­ d’infrastructures (futur centre de congrès, prolongement du boulevard Casavant Ouest).

« Mme Sansoucy nous confirme qu’elle s’ingérerait dans les affaires de Québec en se substituant à la députée de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée ­nationale », ­souligne M. Filion.

Quant aux deux autres formations ­politiques en compétition dans le comté, le candidat bloquiste se veut moins ­critique qu’envers le NPD.

« Nous avons vu au débat organisé par la Chambre de commerce qu’autant M. Léveillé (Parti conservateur) que M. Vincelette (Parti libéral) ont voulu faire oublier les positions ­désagréables de leur parti. C’est le tout pétrole pour les conservateurs et une ­défense de la charte des droits à tout crin pour les libéraux », considère Michel ­Filion.

Ce dernier espère que les électeurs­ ­feront de nouveau confiance à un député ­bloquiste. Rappelons que le Bloc ­québécois a trôné dans le comté lors des élections ­fédérales de 2008 (Ève-Mary Thaï Thi Lac), de la partielle de 2007 (Ève-Mary Thaï Thi Lac) et de 1993 à 2006 (Yvan Loubier).

image