1 août 2013
Trampoline et tumbling
Fin de saison remarquable
Par: Maxime Prévost Durand
Amélie et Mélanie Pietroniro-Savoie ainsi que Stéphanie Pelletier ont connu sans l'ombre d'un doute leur meilleure performance de la saison à la Coupe Canada, selon leur entraîneur Sébastien Rajotte.

Amélie et Mélanie Pietroniro-Savoie ainsi que Stéphanie Pelletier ont connu sans l'ombre d'un doute leur meilleure performance de la saison à la Coupe Canada, selon leur entraîneur Sébastien Rajotte.

Les soeurs Amélie et Mélanie Pietroniro-Savoie ainsi que Stéphanie Pelletier ont toutes trois connu leur meilleure sortie dans le cadre de la dernière compétition de la saison à l’horaire, la Coupe Canada, disputée en Alberta.

publicité

« Il s’agit pour chacune de leur plus solide performance cette année. Les trois ont accédé aux finales de leur catégorie, en plus de présenter des routines très solides », résume d’entrée de jeu l’entraîneur Sébastien Rajotte, du club Gymnaska-Voltigeurs.

Côté résultats, Amélie a terminé au 3 e rang après la ronde finale, un exploit dont elle est très fière. « Après les préliminaires, j’étais quatrième, mais je voyais que j’étais très près de la troisième position. Je me suis dit que j’étais capable d’aller chercher une position de plus pour monter sur le podium et j’y suis arrivée », dit-elle le sourire aux lèvres.Un entraîneur visiblement satisfait du travail accompli par sa protégée a vanté ses prouesses. « Elle a fait un travail solide, du début à la fin. Habituellement, Amélie atteint les finales de justesse, mais cette fois, elle y est arrivée de façon très convaincante en plus d’aller chercher une position de plus lors des finales. »Son travail s’est poursuivi en DMT (double mini trampoline) où elle a pris le 5 e rang. « Ça a bien été à ce niveau-là aussi. En temps normal, j’ai toujours plus de difficulté avec la quatrième et dernière passe à réaliser, alors que cette fois, tout s’est bien déroulé », souligne l’athlète de 15 ans.En synchro, Amélie a fait équipe avec Stéphanie Pelletier, également âgée de 15 ans. La paire a terminé au 3 e rang de la classe nationale féminine. Une grande amélioration par rapport à leur première performance en duo à pareille date l’an dernier. « On s’est beaucoup améliorées, tant dans notre synchronisme que dans la présentation de nos routines », affirme Stéphanie.Celle-ci a pris le 9 e rang en individuel, une performance grandement satisfaisante pour l’athlète de Gymnaska-Voltigeurs. « Une de mes faiblesses était la hauteur de mes sauts. Le temps de saut compte pour beaucoup au pointage et dès le départ, j’étais en arrière de deux points sur mes adversaires. À la Coupe Canada, j’ai battu mes records de hauteur et ça m’a permis d’accéder à la ronde finale. »L’entraîneur Sébastien Rajotte remarque cette même amélioration. « En entraînement, c’est difficile à déterminer si elle saute vraiment plus haut. Mais lors des compétitions, il y a une machine qui calcule la hauteur et son temps de saut et on a eu la confirmation qu’il y a eu une nette amélioration à ce niveau. Il s’agissait de sa première finale lors d’une compétition canadienne. »

Battre une médaillée olympique

De retour à la compétition après une sévère entorse au genou, Mélanie Pietroniro-Savoie a offert une performance sans faille avec sa partenaire de synchro, Karine Dufour.

Les deux gymnastes ont remporté l’or en synchro. Mais bien plus que la médaille, elles ont devancé une médaillée olympique, Rosie MacLennan, qui a terminé au second rang, grâce à une routine quasi-parfaite avec des notes de 9,5.« Ce n’est pas comme si je l’avais battue dans la compétition en individuel, mais je suis fière de cet accomplissement. Moi et Karine sautons bien ensemble, même si nous n’avons pas nécessairement l’occasion de nous pratiquer souvent. On se connaît bien, on sait comment l’autre va réagir et on est très synchronisées », indique-t-elle, énumérant les éléments qui font leur succès.En individuel, Mélanie est passée bien près de se qualifier en vue du Championnat du monde, mais une petite faute en ronde finale lui a coûté sa place. Au 4 e rang après les préliminaires, Mélanie a chuté en 8 e place après la ronde finale.« Pour se qualifier au Championnat du monde, tu dois obtenir des standards lors des rondes préliminaires, chose que j’ai faite, explique l’athlète de 18 ans. Par la suite, tu dois faire de très très bons scores en ronde finale pour être sélectionnée, mais je suis tombée lors d’un de mes mouvements, ce qui m’a enlevé toutes chances de me qualifier. Mais je ne suis pas trop déçue. Comme je reviens d’une blessure, je n’avais pas vraiment d’attentes. »La Coupe Canada a mis fin à la saison de gymnastique. La prochaine compétition prévue pour ces trois athlètes sera le premier volet de la Coupe Québec en janvier.

image