8 mars 2012
Finalistes du Concours Révélation Affaires 2012
Par: Le Courrier

En prévision du Gala Révélation Affaires 2012 qui aura lieu le 17 mars, Le Courrier de Saint-Hyacinthe présente le portrait des différents finalistes. Cette semaine place aux candidats de la catégorie Relève.

publicité

Émilie et Simon Couture : des entrepreneurs de 3e génération

Bien peu d’entreprises familiales au Québec peuvent se targuer de connaître leur troisième génération de propriétaires et c’est pourtant le cas de Soudure M. Couture et fils qui a entamé un processus de transfert vers Émilie et Simon Couture.

Actif au sein de l’entreprise depuis 13 ans, Simon a occupé plusieurs postes dans la compagnie avant d’accéder au rôle d’estimateur. Émilie, quant à elle, a officiellement rejoint l’entreprise plus récemment, mais ses toutes nouvelles connaissances en comptabilité et en administration alliées aux nombreuses tâches qu’elle a effectuées à temps partiel pour l’entreprise en font une adjointe à la vice-présidente. Cette complémentarité amène Émilie et Simon à se dire prêts à prendre les rênes lorsque le temps viendra. D’ici là, ils apprennent tous les rouages de l’entreprise familiale. « Il ne faut pas se le cacher, le transfert d’une entreprise familiale n’est pas une aventure sans embûche. En effet, il est ardu de travailler avec la famille », soulignent les deux jeunes entrepreneurs. C’est donc avec fierté que la relève de Soudure M. Couture affirme que le transfert se passe bien et que chacun des membres impliqués dans le processus maintient une excellente communication tant sur le plan familial que professionnel.

Fanny Charbonneau : le rêve d’une châtelaine

Passer de la profession de criminologue à celle de restauratrice est un cheminement de carrière peu usuel, mais c’est celui de Fanny Charbonneau qui, depuis 2009 a racheté avec son conjoint Jocelyn la Salle Châtelaine qui offre un service de traiteur et de salle de réception.

Si le rachat de cette entreprise était un investissement à priori pour les deux associés, ils ont dû bien vite réajuster le tir et passer eux-mêmes derrière les fourneaux. Pour Fanny, débute alors une carrière de « mamanpreneure », elle qui doit conjuguer avec la gestion et les opérations de l’entreprise et ses tâches de maman de deux jeunes enfants.Reprendre une entreprise, c’est aussi souvent recréer une équipe et c’est avec beaucoup de gratitude que Fanny parle de la dizaine d’employés qui oeuvrent à la Salle Châtelaine. Des projets plein la tête, Fanny et son conjoint ont investi pour moderniser tant les équipements que l’image de l’entreprise qui a fêté récemment 25 ans d’existence.Son passage à la DPJ à la fin de ses études a sûrement allumé la petite flamme de l’engagement social chez la jeune femme. Aujourd’hui, elle consacre une partie de son temps à des causes qui touchent les malades et les plus démunis.Fanny Charbonneau, une châtelaine au grand coeur.

Jérémie Pilon, le talent d’un grand chef

Dès l’adolescence, Jérémie Pilon entame sa carrière d’entrepreneur en participant aux activités de l’entreprise créée par son père Pierre. Depuis ce moment, La Rabouillère n’a plus de secret pour lui. Il l’a vu naître, y a vécu et en est maintenant copropriétaire. Alors que son père poursuit sa passion pour l’élevage et la culture, Jérémie a pris le contrôle de la cuisine et des fourneaux à titre de chef gestionnaire. Pour le jeune diplômé de l’ITHQ, le rêve de tout grand chef d’avoir sa propre table est devenu pour lui réalité.

Outre ses talents de cuisinier, Jérémie possède de solides aptitudes en matière de publicité et de promotion. Lui reviennent donc la gestion du site WEB de l’entreprise, la planification d’événements et l’élaboration de menus toujours conçus à partir de la production maison.Suivant la tendance, Jérémie utilise les nouvelles technologies pour rejoindre gourmets et gourmands. Au site WEB se grefferont un réseau d’échanges, une infolettre et la section « Truc du chef ». Une boutique en ligne devrait s’ajouter sous peu.Adepte du développement durable, la famille Pilon s’enorgueillit d’une production sans engrais ni pesticide. La quasi-totalité des produits de la ferme sont mis en marché à travers la Table champêtre, un organisme reconnu pour ses critères élevés de qualité.Poursuivant la tradition d’originalité qui caractérise La Rabouillère depuis 20 ans, Jérémie Pilon possède les qualités d’un grand chef.

image