11 juin 2015
Centre-ville
Fins de semaine musicales pour la période estivale
Par: Jean-Luc Lorry
Fins de semaine musicales pour la période estivale

Fins de semaine musicales pour la période estivale

Le concept de rue piétonne musicale revient en force cet été au centre-ville durant quatre fins de semaine consécutives. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le concept de rue piétonne musicale revient en force cet été au centre-ville durant quatre fins de semaine consécutives. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’auteure-compositrice-interprète Pascale Picard sera du Rendez-vous urbain.

L’auteure-compositrice-interprète Pascale Picard sera du Rendez-vous urbain.

Quatre sections de rue du centre-ville de Saint-Hyacinthe se transformeront ­durant la période estivale en zone ­piétonnière animée et musicale.

publicité

Pendant quatre fins de semaine ­consécutives, une portion des rues des Cascades, Sainte-Anne et Saint-Antoine accueilleront les auteurs-compositeurs-interprètes Hugo Lapointe, Pascale Picard ainsi que plusieurs artistes de la scène musicale maskoutaine.

« Depuis la perte du Rendez-vous des Papilles, il était impératif de se serrer les coudes et de mettre nos efforts en ­commun afin d’animer le centre-ville », a indiqué Simon Cusson, directeur général de la Société de développement ­commercial du centre-ville (SDC), lors du dévoilement de la programmation.

Ces huit journées musicales se ­diviseront sur les rues Sainte-Anne (19 et 20 juin), des Cascades (26 et 27 juin), Saint-Antoine (3 et 4 juillet) et des ­Cascades (10 et 11 juillet).

Premier essai

En 2013, la SDC avait piloté ce concept de zone piétonne temporaire appelé Rendez-vous urbain et obtenu une enveloppe d’un montant de 25 000 $ de la municipalité.

Ce premier essai de rue piétonne ­installé sur la rue des Cascades, entre les ­avenues Saint-Simon et Mondor, avait provoqué son lot de mécontentements auprès de certains commerçants.

Devant cette réaction inattendue, la ­direction de la SDC avait décidé l’an passé de baisser le pavillon et de ne pas ­programmer une activité similaire au centre-ville.

Estimant qu’un projet de zone piétonne animée était intéressant, les ­copropriétaires du Resto-Pub Le Bouffon avaient tout de même organisé l’été ­dernier à leurs frais et devant leur porte, une formule sur deux jours agrémentés de spectacles de musique.

Le Bouffon avait investi 15 000 $ dans l’organisation de cette activité plombée par un déficit de 3 000 $. « Comme cette activité était gratuite, nos seuls revenus avaient été la vente de repas et de boissons sans compter les heures passées à mettre en place la programmation », indique en entrevue au COURRIER, Sophie Picard copropriétaire avec ses frères Manuel et Éric du Resto-Pub de la rue Sainte-Anne.

« L’apparition des horodateurs ­représente un écran noir pour le centre-ville qui a besoin d’aide et de visibilité », poursuit-elle.

Présent lors du dévoilement de la ­programmation du Rendez-vous urbain, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude ­Corbeil, s’est réjoui de constater une ­mobilisation de commerçants du centre-ville pour dynamiser le noyau urbain.

Pour cette édition, la municipalité s’est engagée à verser 15 000 $.

La programmation complète du ­Rendez-vous urbain sera disponible sur le site Internet de la SDC.

image