4 juillet 2013
Boxe au stade C.-A.-Gauvin
Forcer une cohabitation ou pas, c’est la question
Par: Maxime Prévost Durand

Faut-il profiter de la transformation du stade C.-A.-Gauvin en centre multisports pour tenter de faire cohabiter les Apprentis Champions et le Club de boxe de Saint-Hyacinthe dans les mêmes locaux?

publicité

Le directeur du Service des loisirs de Saint-Hyacinthe, Michel Robidoux, n’y verrait aucun inconvénient, à condition que les deux parties en viennent à une entente. « La Ville reconnaît les deux clubs, mais conserve le principe d’un seul plateau offert par discipline sportive, comme avec tous les autres sports, affirme-t-il. Je ne verrais pas d’objection à ce qu’ils partagent ce plateau, au contraire, si c’est ce qu’ils souhaitent et qu’ils en viennent à une entente. »

Il semblerait que l’on soit toutefois loin d’une entente, voire de simples négociations. « Je m’étais demandé, il y a deux ans, pourquoi nous avions deux clubs de boxe à Saint-Hyacinthe, affirme le conseiller municipal Donald Côté. Ce n’est pas comme s’il y avait des milliers de boxeurs ici, alors pourquoi ne pas fusionner les deux clubs accrédités? On m’a parlé d’une chicane irréconciliable entre les deux parties, comme deux boxeurs qui s’affrontent. Ils ont deux approches totalement différentes. Chacun fait ses affaires et mène sa vie de son côté », raconte-t-il.Selon lui, la seule façon pour que le Club de boxe de Saint-Hyacinthe et l’École de boxe les Apprentis Champions en viennent à négocier une entente de cohabitation au stade C.-A.-Gauvin serait avec l’intervention et l’insistance du Service des loisirs.« S’il n’y a pas de volonté d’un côté comme de l’autre pour négocier, on souffle dans le vent, image-t-il. Il reste à déterminer qui doit intervenir pour faire asseoir les deux clubs et les amener à négocier, et en première instance, je crois qu’il est de la responsabilité du Service des loisirs, bien plus que des conseillers municipaux, d’entamer le pas. »De son côté, Bernard Barré, conseiller du district La Providence, ne croit pas non plus qu’il soit de la responsabilité des conseillers d’aller jouer dans les plans de réaménagement du stade C.-A.-Gauvin. « Toutes les questions de logistique, c’est aux dirigeants du Service des loisirs de les gérer », affirme-t-il.

Ouverts aux possibilités

Du côté des Apprentis Champions, on se dit ouverts à l’idée de discuter d’une façon de faire cohabiter les deux organismes. Et s’il n’y a aucune possibilité de ce côté, on se montre également intéressé aux locaux actuels du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, à l’ancienne usine d’épuration.

« Si la Ville nous offrait le local du Club de boxe de Saint-Hyacinthe lorsqu’il le quittera, il est certain qu’on y verrait un grand intérêt, avance l’entraîneur des Apprentis Champions, Steve Choquette. On n’aurait qu’à faire quelques rénovations de notre côté pour le rendre plus adéquat. »À la Ville, cette option ne semble pas être une alternative. « Si on souhaite déménager le Club de boxe de Saint-Hyacinthe, c’est que ses locaux actuels ne répondent plus aux normes, avait indiqué Caroline Nadeau, du Service des communications. Nous n’y enverrons pas les Apprentis Champions, puisque les locaux sont désuets. »Avec la notion du « un local fourni par la Ville par discipline sportive », les chances de voir les Apprentis Champions s’installer à l’ancienne usine d’épuration chutent drastiquement, à moins d’une exception à la règle.Pour sa part, le responsable du Club de boxe de Saint-Hyacinthe dit ignorer comment les deux organisations sportives pourraient cohabiter au stade C.-A.-Gauvin.Marc Seyer prévoit utiliser le plateau un maximum d’heures étant donné qu’il pourra ainsi offrir une plus grande diversité d’activités.

image