7 octobre 2021
Ford Mustang Mach 1 : pas vraiment pour tout le monde
Par: Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

Elle a du style et de la gueule, personne n’en doute. Mieux encore, son titre de Mach 1 la rend iconique aux yeux des enthousiastes et même des simples amateurs. Sa puissance est indéniable, sa direction précise. Mais la Mustang Mach 1 ne peut définitivement être placée entre les mains de n’importe quel conducteur. Elle exige doigté, précision et une certaine délicatesse.
Publicité
Activer le son

Un peu d’histoire

La Mustang Mach 1 est issue d’une histoire riche en puissance et en émotion. Lancée d’abord en 1969, elle se plaçait juste au milieu entre les Mustang de course et celles réservées à la route. On a commercialisé le modèle durant cinq ans avant de le retirer du marché.

Retour de l’appellation Mach en 2003, avec la même prétention que l’originale. Une bête puissante, destinée à se placer au-dessus des simples considérations quotidiennes des Mustang ordinaires.

Cette fois, en 2021, c’est le grand retour d’un nom prestigieux. On l’a aussi affublé des performances qui vont avec, et du style indéniablement différent. Mais on ne l’a pas adouci pour autant.

Difficile à maîtriser

La Mustang Mach 1, c’est une créature mi-course mi-route. Sa silhouette est faite pour impressionner. La bavette avant, qui devient un véritable handicap lorsque l’on frôle les trottoirs, permet un aérodynamisme impressionnant. Un aileron surdimensionné, copié de la Shelby GT500, prend place sur le capot arrière. Il ne laisse personne indifférent, mais joue un véritable rôle d’aérodynamisme puisqu’il augmente de 150 % l’appui, rien de moins. Et de nombreux autres éléments s’ajoutent aussi pour distinguer cette voiture.

Sans équivoque, elle s’affirme au premier regard. Ce qui est encore plus vrai quand on la démarre. La sonorité du moteur V8 5,0 litres tiré de la Mustang Bullitt est tout simplement grisante. Mes voisins ont peut-être trouvé que le son était exagéré. Mais les ouvriers à l’œuvre sur le chantier en face de la maison ne se sont pas gênés pour se retourner et saluer la voiture qui rugissait. Oubliez la discrétion.

Ce moteur affiche une puissance relevée à 480 chevaux. Il est jumelé à la boîte manuelle 6 vitesses Tremec empruntée cette fois à la Shelby GT350. Puisque l’on parle de performance, on avait aussi ajouté en option sur mon modèle d’essai l’ensemble plus dynamique appelé « Handling Package ». Et c’est ici que le bât blesse…

Parce que cet ensemble optionnel de près de 5000 $ ajoute des suspensions modifiées et des réglages de châssis supplémentaires pour des modes de conduite encore plus raffinés.

C’est aussi cet ensemble qui permet l’ajout de l’aileron arrière… et la présence de pneus Michelin Sport Cup 2 de dimensions excessives.

Une fois équipée de cette manière, la Ford Mustang Mach 1 devient une tout autre machine. On la dirait dotée d’une volonté propre. Ses pneus larges et sa direction sensible lui font ressentir et réagir à tous les petits problèmes qui surviennent sur la route. La conclusion, c’est qu’il faut absolument tenir le volant fermement à deux mains, au risque de voir la voiture changer de voie selon sa propre décision.

Le voyage aller-retour vers Québec devient alors une aventure. Oui, la puissance est au rendez-vous dès que l’on accélère, mais la voiture cherche à bondir dans tous les sens, comme un chien de chasse qui aurait déniché la piste du gibier de rêve. En résumé, tenez-vous bien après le volant, car vous risquez de vivre une expérience moins plaisante.

Étrangement, en conduite dynamique avec des courbes cependant, la voiture est capable d’enfiler les virages et de tenir la route sans coup férir. Son freinage est puissant, même si on comprend mal la présence de freins très imposants à l’avant, mais beaucoup plus petits à l’arrière. Bref, on a affaire à une véritable voiture de performance, dans toute la définition du terme.

Un détail tout de même, l’habitacle n’a pas l’austérité d’une voiture de course. On peut bien sûr y installer des sièges Recaro, mais mon modèle d’essai offrait plutôt des sièges confortables, chauffants et ventilés, et un certain confort à toutes les positions. Un grand écran multimédia, les fonctions de Sync et de nombreux boutons pour moduler les modes de conduite et les différentes fonctions viennent compléter le tout.

La Mustang Mach 1 est exceptionnelle, personne ne le niera. Mais elle exige beaucoup de son conducteur. Alors, à moins d’avoir envie de vous y consacrer totalement, optez pour une version moins pointue ou à tout le monde reniez les pneus Michelin de série. Vous ne vous en porterez que mieux.

image