17 décembre 2020
Ford Mustang Mach E : j’ai conduit le futur de Ford
Par: Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

Son nom à lui seul fait frissonner les passionnés, ces gens qui crient au sacrilège d’avoir accolé le nom d’une véritable icône à un utilitaire sport, électrique de surcroît. La Mustang Mach E, car c’est bien d’elle dont il s’agit, a pourtant de nombreux attributs qui la relient directement à la famille Mustang. Mais elle en diffère aussi énormément. Elle n’est, somme toute, que le début d’une nouvelle aventure pour Ford.

Publicité
Activer le son

D’abord, l’autonomie

Si elle constitue le futur de Ford, c’est que la Mach E (en éliminant le mot Mustang, on froisse moins les plus susceptibles) est à la fois une sportive et une électrique. Deux qualités sur lesquelles le constructeur insiste pour en définir la personnalité.

C’est donc par l’autonomie et la puissance que la Mach E se caractérise d’abord. Dans ce domaine, il faut bien l’avouer, le travail a été bien fait. Sans entrer dans les détails de toutes les versions, il est quand même bon de se rappeler les données : la Mustang Mach E sera disponible à la fois en version régulière avec batterie lithium-ion de 75,7 kWh et en version longue portée avec batterie de 98,8 kWh.

La puissance de base sera alors de 266 chevaux, de 290 chevaux pour les California Route 1 et de 459 chevaux dans la version GT. En matière de distance possible, précisons que les versions Select et Premium avec batterie régulière offrent une autonomie de 370 km, et 483 km avec les batteries longue portée. Le rouage intégral retranchera environ 50 kilomètres à cette capacité.

Création unique

Bon, une fois la notion purement technique évacuée, il est temps de se tourner vers la vraie personnalité de cette Mustang : son style, sa technologie et son plaisir de conduite.

Côté style, rien à redire. Depuis le dévoilement, j’aime l’allure moderne du véhicule, offrant un compromis subtil entre la sportive traditionnelle et le VUS. La partie arrière reprend les blocs optiques aisément reconnaissables de la Mustang, alors que l’avant se termine sur une calandre arrondie affichant fièrement l’étalon de la marque. Le toit, surélevé et arrondi, procure un aspect dynamique.

Mais c’est l’habitacle qui est saisissant. Bien sûr, on a installé au centre de la planche de bord un gigantesque écran de contrôle qui n’est pas sans rappeler certaines tablettes électroniques. On s’amuse à y jouer comme on le ferait d’un téléphone intelligent, en glissant les doigts pour retrouver les différentes fonctions. Mais on admire aussi le tableau de bord au look unique, constitué d’un écran plus petit logé directement devant le conducteur.

La qualité des sièges et la qualité des matériaux, surprenantes, car rappelons que tout y est végétal sans aucune présence de vrai cuir, viennent confirmer le statut que se donne la Mustang Mach E. Un bon point aussi pour un toit panoramique optionnel qui aide au contrôle de la température sans nuire à la lumière du jour. Et pour l’espace plus qu’abondant à toutes les positions, ce qui a fait dire à mon grand Fiston de 6 pieds 3 pouces qu’il venait de trouver son véhicule de rêve!

Et sur la route

Étonnamment gracieuse sur la route, la Mustang Mach E ne présente pas le comportement routier ennuyeux d’un grand VUS. Alors que j’anticipais que le véhicule serait handicapé par sa lourdeur, il s’est plutôt montré direct et dynamique, affichant une accélération étonnante et une tenue de route plus sportive qu’anticipée.

Mon modèle d’essai, une version 4 roues motrices, n’était évidemment pas le plus puissant. Mais la présence d’une motorisation électrique le rend véloce, et l’abondance de technologies embarquées (il faudrait une page complète pour la définir tellement il y en a) permet quand même une présence routière plus stimulante. Le long empattement assure un certain confort, et l’équilibre du centre de gravité très bas permet la stabilité recherchée.

Tout le monde vous le dira, conduire une voiture électrique n’offre pas les mêmes frissons de plaisir qu’une voiture à essence. Leur conduite est plus uniforme, plus linéaire. Avec la Mustang Mach E, on a quand même réussi à préserver un peu de la présence sportive qui s’accole au nom.

Ce n’est pas un muscle car, tant s’en faut. Mais la Mustang Mach E remplit ses promesses et ne trahit en rien le nom Mustang, n’en déplaise aux puristes!

image