26 mars 2015
Francis Charbonneau remonte (enfin) dans l’arène
Par: Maxime Prévost Durand
Francis Charbonneau (à gauche) lors de son dernier sparring. On l’aperçoit avec Strahinja Gavrilovic. Photo Facebook

Francis Charbonneau (à gauche) lors de son dernier sparring. On l’aperçoit avec Strahinja Gavrilovic. Photo Facebook

Le Maskoutain Francis Charbonneau, combattant d’arts martiaux mixtes, ­aura enfin l’occasion de remonter dans l’arène, deux ans jour pour jour après sa dernière sortie. Il sera de la carte du ­gala Championship 3 de Fight4Pride à Laval samedi.

publicité

Il y affrontera le Français Benoit ­Guionnet (2-6-0), inséré dans la carte à la dernière minute pour pallier le désistement d’un autre Français, Julien Piednoir, blessé, qui devait se battre contre Charbonneau.

Ce changement inattendu force le ­Maskoutain à revoir sa stratégie à ­l’approche du combat, alors que les deux combattants ont des styles opposés.

« Celui que je devais affronter (Piednoir) était droitier et sa force était dans les combats debout, tandis que mon nouvel adversaire est ceinture brune en jiu-jitsu tsu brésilien et est gaucher. La stratégie à adopter pour le combat sera totalement différente », a-t-il confié, à quelques jours de monter dans l’arène.

Au cours de ses derniers jours de préparation, Francis Charbonneau a précisé qu’il allait surtout peaufiner sa technique au sol, question d’avoir les meilleurs ­outils si jamais le combat se transportait au tapis. « Mais je veux garder le combat ­debout, c’est mon plan de match. »

Le goût de vaincre

S’il y a deux ans que Charbonneau n’est pas monté dans l’arène, ce n’est pas par choix. Au contraire. À trois reprises il ­devait se battre. Mais chaque fois, à la ­dernière minute, le combat était annulé pour diverses raisons.

Que ce soit à Empire MMA 1, à ­Fight4Pride Championship 1 ou encore à Hybrid Pro Series 2, tous des galas ­présentés l’an dernier, le natif de Saint-Hyacinthe avait un rendez-vous à ­l’horaire. Mais une sorte de malédiction s’est abattue sur lui, le privant ­d’expériences chez les professionnels, où il ne compte encore que deux combats.

Ces déceptions qui s’enchaînaient les unes après les autres l’ont presque fait quitter le monde de la compétition des arts martiaux mixtes. « J’ai été un mois complet sans m’entraîner après le ­dernier combat annulé. J’ai pensé à tout arrêter. Mais la piqûre est revenue et j’ai repris l’entraînement avec des athlètes de très bon niveau et j’ai vu que je suis ­capable de rivaliser avec ces gars-là. »

À 31 ans, le Maskoutain a toujours le goût de vaincre en lui, même plus qu’avant, croit-il. « Je le sens encore plus. J’ai eu tellement de déceptions que j’ai encore plus hâte au combat. »

Francis Charbonneau a remporté ses deux sorties chez les professionnels, l’une par décision et l’autre par ­soumission. Son dernier combat ­remonte au 28 mars 2013.

image