20 février 2020
Franklin Armel Tagakou couronné avec une chanson de Johnny
Par: Maxime Prévost Durand

Franklin Armel Tagakou a séduit le jury par sa voix et son interprétation. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Au terme de la finale locale de Cégeps en spectacle, où une douzaine de numéros ont été présentés par des étudiants du Cégep de Saint-Hyacinthe le 7 février à la salle Léon-Ringuet, le Maskoutain Franklin Armel Tagakou a été le récipiendaire du premier prix grâce, entre autres, à sa reprise de la chanson « Mon plus beau Noël » de Johnny Hallyday.

Publicité
Activer le son

L’étudiant en Techniques de l’informatique – gestion de réseaux informatiques a ainsi remporté une bourse de 500 $, en plus de devenir le représentant du cégep maskoutain à la prochaine étape du concours, soit la finale régionale Centre-Est qui aura lieu le 21 mars à Trois-Rivières.

Chanteur autodidacte en grande partie, Franklin Armel Tagakou a fait partie de plusieurs chœurs de paroisse dans sa vie. Camerounais d’origine, il s’est joint à l’Harmonie vocale de Saint-Hyacinthe et au Chœur de la Cathédrale de Saint-Hyacinthe lorsqu’il est arrivé au Québec, bénéficiant des conseils techniques des chefs de chœur Dany Wiseman et Jocelyn Lafond.

S’il a choisi cette pièce de Johnny Hallyday pour la finale de Cégeps en spectacle, c’est qu’elle a une place bien spéciale dans son cœur. « Elle me replonge dans le souvenir de cette période où je devais partir de ma terre natale pour le Québec, laissant derrière toutes les personnes qui comptaient énormément pour moi, a-t-il expliqué au COURRIER. Et il y a quelques mois, lorsque s’est présentée l’occasion d’y retourner pour les Fêtes, l’une de ces personnes, dans la joie des retrouvailles, m’a chanté le refrain de cette chanson qui est restée dans mon esprit. »

Disant s’inspirer des grands du chant lyrique comme Andrea Boccelli, Luciano Pavarotti et Jonas Kaufmann, le jeune homme a également présenté « Pourquoi me réveiller » de Jules Massenet, un air d’opéra rempli de mélancolie et relatant la crise existentielle du personnage de Werther face à l’impossibilité d’être aimé en retour.

Le gagnant semblait empli de gratitude d’avoir été couronné le gagnant de cette finale locale. « Pour moi, la véritable récompense réside dans l’opportunité qui m’a été offerte, celle de faire ce que j’aime le plus tout en m’amusant. […] Ce prix représente bien plus que l’enveloppe qui m’a été remise, a-t-il témoigné. D’être celui avec la responsabilité de faire briller par sa voix le Cégep de Saint-Hyacinthe, d’être l’étendard de son établissement, c’est à la fois un honneur, une responsabilité, une nouvelle opportunité de chanter et surtout un bonheur. »

Les autres prix de la finale locale ont été remis à Laurie Théroux, de Saint-Denis-sur-Richelieu, et à Madeleine Lemyre, de Saint-Bruno-de-Montarville. Le numéro d’humour de Laurie, intitulé « Lubrifiant vendu séparément », lui a valu le deuxième prix, une bourse de 300 $, en plus du prix du public, accompagné d’une bourse de 150 $. Madeleine a quant à elle présenté un numéro d’art oratoire intitulé « Message à la faucheuse qui me colle dans le derrière », lequel lui a permis de repartir avec le troisième prix, soit une bourse de 250 $.

L’artiste invitée Marjolaine Morasse, une auteure-compositrice-interprète, a également présenté un numéro lors de cette soirée.

image