17 septembre 2020
Gabriel Chartier chanceux dans sa malchance
Par: Olivier Dénommée

Gabriel Chartier est bien connu à Saint-Hyacinthe, lui qui milite depuis des années pour que la Ville se porte acquéreuse de l’aéroport qu’il possède. Mais c’est de façon bien involontaire qu’il a fait les manchettes cette fin de semaine. Photothèque | Le Courrier ©

Gabriel Chartier a fait la une du Journal de Montréal cette fin de semaine, mais pas à cause de l’aéroport de Saint-Hyacinthe dont il est propriétaire : le pilote maskoutain a vu son avion amphibie couler dans le lac Massawippi samedi avant d’être lui-même rescapé par nul autre que Geoff Molson, le propriétaire des Canadiens de Montréal.

Publicité
Activer le son

M. Chartier est un habitué de ce lac situé à North Hatley, où il se rend sur une base régulière en avion. Son amerrissage se passait parfaitement jusqu’à ce qu’il sente qu’il avait accroché quelque chose dans l’eau. « Je ne sais pas ce que c’était, mais le fond de l’avion a été éventré. Ça s’est passé en une fraction de seconde, mais l’adrénaline a pris le dessus et j’ai eu le réflexe de me détacher assez vite », relate-t-il au COURRIER.

Le pilote n’a heureusement subi que des blessures mineures, aux mains et au visage notamment, mais une fois qu’il s’est extirpé de l’engin qui appartenait à un ami, il ne pouvait faire autre chose que de regarder l’avion couler au fond du lac. Il a entrepris de regagner la rive à la nage, mais a été intercepté par un homme venu à son secours en bateau.

Ce n’est qu’après coup qu’il a réalisé de qui il s’agissait. « Je ne l’avais pas reconnu! C’était la première fois que je le rencontrais et ce sont les pompiers qui m’ont fait réaliser que c’était Geoff Molson qui m’avait sauvé. Je peux dire que j’ai été chanceux dans ma malchance », confie-t-il. Il ajoute aussi qu’il se considérait chanceux d’être parti seul ce matin-là, lui qui se rend généralement à North Hatley avec des amis. « J’ai décidé de partir sur un coup de tête cette journée-là, et je ne suis pas très patient! », lance-t-il.

De retour au poste

Travailleur infatigable, Gabriel Chartier a rapidement subi une chirurgie aux deux mains et a regagné son poste dès le lendemain, dimanche. « Ça ne m’empêche pas de travailler », résume celui qui affirme ne pas avoir peur de retourner à North Hatley en avion dès qu’il en aura de nouveau l’occasion. Mais pour le moment, il espère en savoir plus sur ce qui a causé l’accident dans le lac Massawippi. L’avion devait d’ailleurs sortir de l’eau mardi.

image