19 septembre 2013
Les municipales à Saint-Hyacinthe
Gabriel Michaud candidat dans Saint-Joseph
Par: Le Courrier
Gabriel Michaud, directeur général de la MRC Les Maskoutains et candidat à un poste de conseiller à Saint-Hyacinthe.

Gabriel Michaud, directeur général de la MRC Les Maskoutains et candidat à un poste de conseiller à Saint-Hyacinthe.

Le bruit qui courait à son sujet était exact : le directeur général de la MRC Les Maskoutains, Gabriel Michaud, a bien l’intention de décrocher un siège de conseiller à Saint-Hyacinthe aux élections municipales du 3 novembre.

Il sera candidat dans le quartier où il habite, le district Saint-Joseph, celui que représentait Louise Arpin depuis 2009. La conseillère sortante a déjà annoncé qu’elle ne sollicitera pas un second mandat.

S’il est élu, M. Michaud abandonnera son poste de directeur général, et cela bien que la loi n’empêche pas une personne à l’emploi d’une MRC de siéger au conseil d’une municipalité locale du même territoire. Il s’en est d’ailleurs assuré en demandant un avis juridique qui lui a confirmé la chose. « Je pourrais demeurer à mon poste à la MRC, mais ça créerait un conflit de rôles. Si je suis élu, je vais annoncer mon départ, après une période de transition à la direction générale », explique-t-il.Arrivé à la MRC Les Maskoutains à l’été 2000, au moment où le poste de directeur général y a été créé, M. Michaud, qui est avocat de profession, arrivait de la Ville de Laval, où il agissait comme assistant directeur du contentieux depuis 1992. Il a donc occupé une case dans l’administration de l’ex-maire Gilles Vaillancourt, en se doutant bien que tout n’y était pas d’une absolue limpidité. Il dit d’ailleurs avoir suivi les travaux de la Commission Charbonneau avec beaucoup de satisfaction. « Durant le temps où j’étais là, il y a fait de la fumée. C’était un style de gestion particulier, mais les dossiers merdeux ne venaient pas jusqu’à nous », raconte-t-il.Avant son séjour de huit ans à Laval, curieusement, il a oeuvré à la Ville de Saint-Hyacinthe de 1987 à 1992, entre autres pour y mettre sur pied la structure des services juridiques actuels. « Hélène Beauchesne (la greffière), c’est moi qui l’ai engagée. Durant les trois dernières années, j’ai travaillé à la direction générale avec Alain Rivard », poursuit-il.Après ses débuts comme avocat en pratique privée, il a fait ses premières armes dans le domaine municipal en tant que secrétaire-trésorier de la Ville de Plessisville, après quoi il s’est retrouvé à l’emploi de la Ville de L’Ancienne-Lorette, où il est demeuré de 1979 à 1987. Il y a connu le maire Émile Loranger, qui règne toujours sur L’Ancienne-Lorette et qui vient justement d’être interrogé par la Commission sur l’octroi systématique des contrats d’ingénierie à la firme Dessau entre 2006 et 2012.Bref, il y a longtemps que Gabriel Michaud gravite dans le monde municipal et, à 62 ans, il considère que le temps est venu pour lui d’y vivre une nouvelle expérience. « Je ne serai pas dg de la MRC éternellement et à ce moment-ci, entre la mairie et rien, le poste de conseiller me convient. Même s’ils ne sont pas à la mode présentement, les gardiens de l’intérêt public, ce sont les élus et les officiers municipaux. Pour moi, la Commission Charbonneau est le rappel qu’il faut rester vigilants », analyse-t-il.Selon lui, la ville de Saint-Hyacinthe pourrait affirmer davantage son leadership dans la région, et c’est un point de vue qu’il défendra en passant du côté des élus municipaux. « La région a besoin d’une ville-centre forte, comme la ville-centre a besoin d’une région dynamique. C’est indissociable », estime-t-il.

image