23 juin 2016
Hôpital Honoré-Mercier
Gaétan Barrette visite l’urgence
Par: Rémi Léonard
Geneviève Grégoire, présidente du conseil d’administration du CISSSME, Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux et Louise Potvin, présidente directrice générale du CISSSME.

Geneviève Grégoire, présidente du conseil d’administration du CISSSME, Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux et Louise Potvin, présidente directrice générale du CISSSME.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux a finalement accepté l’invitation de la députée Chantal Soucy à venir visiter l’urgence de l’Hôpital Honoré-Mercier. Le projet de rénovation et d’agrandissement de 33 M$ attend encore l’approbation ministérielle pour aller de l’avant.

publicité

Gaétan Barrette était de passage à l’urgence de Saint-Hyacinthe le 17 juin afin de « constater de ses yeux la non-fonctionnalité des lieux », a rapporté le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est quelques jours après la venue du ministre, à laquelle les médias n’ont pas été conviés.

La députée caquiste de Saint-Hyacinthe a rappelé qu’elle avait interpellé le ministre à plusieurs reprises sur ce dossier. « Je tenais à ce qu’il voit sur place ce que je lui avais expliqué sur papier, à savoir que l’urgence est désuète », a-t-elle commenté.

Une visite qui fait de l’effet

Selon ses dires, Gaétan Barrette a notamment été étonné de l’étroitesse de la salle de choc, qui peut accueillir jusqu’à trois patients en même temps dans un espace restreint. « Je ne comprends même pas que l’urgence soit encore ouverte », a-t-elle ajouté en évoquant des problèmes de non-conformité.

L’urgentologue Robert Patenaude a confirmé que le garage et la salle de choc ne sont plus fonctionnels, rappelant qu’il avait soumis le projet pour la première fois en 2008.

Il croit lui aussi que Gaétan Barrette a été « surpris par la vétusté » des installations maskoutaines lors de sa visite. L’urgentologue a soutenu qu’elles sont actuellement utilisées en surcapacité. « Ce n’est pas normal de devoir attendre à l’urgence sans même avoir de chaise pour s’asseoir », donne-t-il en exemple.

Jugeant que Saint-Hyacinthe a assez attendu, Robert Patenaude s’attend maintenant à « une réponse en principe positive », du ministre pour la suite des choses. « Il a tout en main pour prendre sa décision », résume la députée Soucy.

image