12 mai 2016
Bilan économique 2015
Gain net de 231 emplois dans la MRC des Maskoutains
Par: Benoit Lapierre
Charles Fillion, directeur associé de DEM, et André Barnabé, directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, ont présenté les résultats 2015 du secteur industriel de la région maskoutaine.Photo François Larivière | Le Courrier ©

Charles Fillion, directeur associé de DEM, et André Barnabé, directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, ont présenté les résultats 2015 du secteur industriel de la région maskoutaine.Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, André Barnabé, a animé le 3 mai la première assemblée annuelle du nouvel organisme de développement économique de la ville-centre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, André Barnabé, a animé le 3 mai la première assemblée annuelle du nouvel organisme de développement économique de la ville-centre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le nombre d’emplois industriels est en augmentation dans la région maskoutaine, et ce, malgré une baisse des investissements en entreprise.

Publicité
Activer le son

Telle est l’une des conclusions que Saint-Hyacinthe Technopole et Développement économique de la MRC des Maskoutains (DEM) ont pu tirer de leur visite conjointe de plus de 300 entreprises industrielles de janvier à mars 2016.

Sur les 909 emplois créés en 2015 – il s’agit d’un nombre brut record de nouveaux emplois -, la région affiche un résultat net de 231 emplois ajoutés, soit 142 à Saint-Hyacinthe et 89 sur le reste du territoire de la MRC des Maskoutains. En 2014, c’est un résultat net d’à peine 34 emplois ajoutés qui avait été observé pour la région.

« C’est l’une des plus importantes ­croissances globales de l’emploi manufacturier des dernières années dans la région. Ça nous laisse avec un taux de chômage relativement bas de 5,8 % », a indiqué Charles Fillion, directeur associé de DEM, en livrant le bilan économique annuel de la grande région de Saint-Hyacinthe en compagnie d’André Barnabé, directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole.

Il a souligné que la situation de l’emploi dans la région avait évolué à l’inverse de ce qu’a observé l’Institut de la statistique du Québec en 2015, ses données indiquant une perte brute de 1000 emplois dans le secteur manufacturier.

Beaucoup d’emplois industriels ont donc été créés ici en 2015, dans un contexte qui s’est avéré moins favorable aux investissements. Paradoxalement, les investissements recensés – 146 projets au total – n’ont atteint que 136,2 M$ l’an dernier, alors qu’ils s’étaient chiffrés à 231 M$ en 2014, à 245 M$ en 2013 et à 267 M$ en 2012, l’année record. La courbe est la même pour Saint-Hyacinthe, où les investissements 2015 s’établissent à 113 M$ au total, comparativement à 191 M$ en 2014, 188 M$ en 2013 et 237 M$ au cours de l’exceptionnelle année 2012.

André Barnabé en conclut que ce sont les effets bénéfiques des projets industriels des bonnes années qui se reflètent maintenant dans l’emploi. À Saint-Hyacinthe, il s’est créé l’an dernier 709 nouveaux emplois manufacturiers, pour un gain net de 142 emplois (15 en 2014), malgré un recul dans les investissements.

« Somme toute, on a connu une excellente année dans un contexte économique flottant, un peu plus mou. Les ­investissements sont en pente descendante depuis 2012, mais malgré cela, la base d’investissement sur cinq ans se situe au-delà des 100 M$ à Saint-Hyacinthe et on vient d’atteindre un nombre record d’emplois bruts. Saint-Hyacinthe tire bien son épingle du jeu », estime-t-il.

Tout comme Développement économique des Maskoutains, créé par la MRC à la suite de l’abolition des CLD, Saint-Hyacinthe Technopole en était en 2015 à sa première année d’existence. Les deux jeunes commissariats ont convenu de réaliser ensemble leur première tournée annuelle des entreprises de leur histoire, une opération qui a été menée à bien par neuf de leurs employés.

Commerce et tourisme

Né de la fusion de trois organismes ­maskoutains de développement économique, – Cité de la biotechnologie, Corporation de développement commercial et Tourisme et Congrès -, Saint-Hyacinthe technopole a célébré son premier anniversaire de fondation le 1er avril.

L’organisme a tenu le 3 mai sa première rencontre annuelle au Complexe sportif BMO, en présence de citoyens membres qui constituent son assemblée générale. Pour son premier bilan annuel du volet industriel, le directeur général, André Barnabé, a repris essentiellement les données qu’ils avaient dévoilées un peu plus tôt au 1000, rue Dessaulles, en conférence de presse conjointe avec Développement économique des Maskoutains.

Traitant du volet « commerce », il a ­signalé que 89 projets d’investissement dans ce secteur avaient été présentés en 2015 et que la valeur des permis de construction de nature commerciale délivrés par la Ville avait atteint 24,2 M$. « C’est la deuxième meilleure année à ce chapitre depuis 2006. Le service que dirige Claude Rainville a aussi traité 125 dossiers d’accompagnement. Vous voyez que ça bouge dans le secteur commercial », a lancé M. Barnabé.

Mais c’est sur le dossier du tourisme d’affaires qu’il s’est surtout arrêté, en raison des défis qui naîtront de l’absence momentanée d’un centre des congrès avec hôtel à Saint-Hyacinthe. « En 2012, Saint-Hyacinthe a accueilli 53 congrès, aucun en 2015. Les congrès avaient généré 15 000 nuitées en 2012, aucune en 2015. On a reçu 43 évènements en 2012, seulement 16 en 2015. Au total, il y a eu 28 000 nuitées en 2012, un peu plus de 2000 en 2015. (…) Pour se repositionner dans le tourisme d’affaires, il nous faudra être agressifs, soutenus dans nos efforts, efficaces. C’est pour cela que Nancy Lambert est très ­présente dans le réseau », a résumé André Barnabé.

Il a ajouté que les pertes sur les retombées économiques, estimées à ce jour à 33 M$, allaient atteindre 70 M$ avant l’ouverture du nouveau centre de congrès municipal et de l’hôtel qui le desservira.

image