11 mai 2017
Centre-ville
Gare au bâillon
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

Tout le monde sera d’accord pour dire que le centre-ville de Saint-Hyacinthe a un urgent besoin d’amour. Avec le bouillonnement autour des Galeries et quelques locataires qui se préparent à migrer vers la tour de bureaux du Groupe Robin, il est impératif de revitaliser de façon dynamique notre cœur commercial.

La Ville de Saint-Hyacinthe est convaincue que la construction d’une résidence pour personnes âgées du Réseau Sélection est ce qui pourra faire LA différence. Elle voit dans cet investissement la locomotive qui entraînera tous les autres, à l’image du centre de congrès dans le secteur nord. On salive aussi en pensant aux taxes récurrentes qui viennent avec une telle construction. C’est pour cela que la Ville multiplie les efforts pour préparer le terrain : acquisitions et démolitions d’immeubles, plans d’aménagements de stationnement, rencontres privées avec les commerçants et les organismes du centre-ville, etc. C’est malaisant dans la mesure où les promoteurs de Réseau Sélection n’ont pas encore cru bon venir à la rencontre des Maskoutains pour leur exposer leurs plans et répondre aux questions, laissant le soin à la Ville de faire leur promotion. « Notre responsabilité est de mettre en valeur ce projet structurant au centre-ville », a dit le maire Claude Corbeil lors de la dernière assemblée du conseil. Nous ne sommes pas de cet avis. Cela devrait être la responsabilité du promoteur en premier lieu. Celle de la Ville devrait être de s’assurer que ce projet soit le meilleur, qu’il cadre bien dans le centre-ville et dans son développement futur et que le promoteur fasse sa large part pour faciliter son arrivée et son intégration.

Mais encore aurait-il fallu établir une vision commune et porteuse du centre-ville en impliquant tous les acteurs, au lieu de travailler en vase clos comme l’a fait la Ville de Saint-Hyacinthe jusqu’ici en mettant tout le monde devant le fait accompli. Des zones grises subsistent encore en ce qui concerne l’épineuse question du stationnement avant, pendant et après les travaux. Idem à propos de la transaction à venir avec le promoteur et toutes celles que la Ville devra conclure pour préparer la venue de Réseau Sélection. Ce qu’on sait cependant, c’est que les gens sont divisés quant aux effets bénéfiques à espérer d’une résidence pour personnes âgées au centre-ville, une clientèle plutôt captive. 

On aura une meilleure idée des positions respectives d’ici le référendum du 9 juillet. Celui-ci doit en principe décider du sort du stationnement centre-ville que la Ville souhaite agrandir en démolissant trois immeubles. Mais les partisans du Non pourraient s’activer pour rien. Le projet de loi 122 sur l’autonomie municipale pourrait bien rendre caduque l’obligation de tenir ce référendum. Dans le camp municipal, les espoirs résident dans l’adoption par Québec, peut-être en imposant le bâillon, du projet de loi controversé avant la Saint-Jean. Ce bâillon, notre maire pourrait ensuite s’en servir pour museler les opposants.

image