21 novembre 2019
Geneviève Jodoin, toujours la même
Par: Maxime Prévost Durand

« Je continue de faire ce que j’ai toujours fait. Reste à voir si les gens vont continuer de me suivre dans ce que je suis et ce que je fais. » Photo Annie Diotte / La ptite Photographe

La victoire à La Voix et la visibilité accrue auprès du grand public n’ont pas eu raison de Geneviève Jodoin. Chanteuse d’expérience, qui cumule près de 20 ans de métier, la fierté de Saint-Damase a dévoilé le 15 novembre son plus récent album, J’ai toujours su, une palette de 11 chansons qui respire l’authenticité.

publicité

C’est en quelque sorte le mot d’ordre qu’elle s’était donné lorsqu’est venu le temps d’entamer l’enregistrement de l’album. Malgré l’imposante machine qui l’entoure depuis son sacre au populaire concours de chant télévisuel, elle a choisi de s’entourer des mêmes collaborateurs qui l’ont toujours accompagnée.

Lorsqu’on lui demande ce qui la rend le plus fière de ce disque, elle répond du tac au tac : « d’avoir pu rester moi-même ».

« Je n’avais jamais été dans une grosse boîte et c’était une crainte pour moi. Mais ils m’ont laissé choisir mes collaborateurs et mes musiciens. Ils sont juste arrivés à la fin du processus pour me dire que tout était beau », s’est-elle réjouie dans un entretien avec LE COURRIER, à la veille de la sortie de J’ai toujours su, son quatrième album en carrière et le premier lancé en près de quatre ans.

Si ce n’avait pas été de La Voix, ces chansons auraient vu le jour d’une manière ou d’une autre, assure la chanteuse. Son triomphe est simplement venu bousculer l’échéancier. « Je l’aurais quand même fait, mais pas aussi vite. Je l’aurais fait relaxe, de façon artisanale comme je l’ai toujours fait. »

Mais avec le label Musicor, il a été convenu qu’il fallait « profiter du train qui passe ». Le grand bagage qu’elle possède et le fait que certaines chansons étaient déjà en chantier ont fait en sorte que l’album paraisse aussi rapidement, soit seulement six mois après sa victoire à La Voix.

« Beaucoup de gens me demandent si je sens une plus grande pression [parce que l’album est attendu], mais je réponds que je continue de faire ce que j’ai toujours fait. Reste à voir si les gens vont continuer de me suivre dans ce que je suis et ce que je fais. »

Ceux qui ont suivi Geneviève Jodoin avant La Voix ne seront donc pas déroutés par le nouvel album. À l’image des trois précédents, on y retrouve une sonorité pop folk, comme en témoignent le premier extrait « Et chaque jour » et la pièce « Regarde comment c’est beau ». Mais il y a bien plus.

Il y a la simplicité de la ballade acoustique sur « La soupe aux fleurs », les envolées orchestrales plus enrobées pour « Les hommes oublient » et la combinaison d’un peu tout ça avec « L’appel du large ».

« Je suis allée avec ce qui me fait le plus vibrer. Des fois, c’est plus folk, d’autres fois plus ambiant ou plus instrumental », a résumé Geneviève Jodoin, qui signe la plupart des musiques. Antoine Gratton y a aussi ajouté sa touche avec des arrangements de cordes sur certaines pièces.

Pour les textes, mis en valeur par la musique et la voix de l’interprète, ils viennent surtout de la plume de son conjoint, Frédéric Boudreault, lui aussi originaire de la région (Sainte-Hélène-de-Bagot). David Portelance, Frédéric Baron, Marc Séguin et Nicolas Boulerice (Le Vent du Nord) signent aussi des bijoux qui ont séduit la chanteuse.

Maintenant qu’il est possible d’écouter ces nouvelles chansons, il faudra prendre notre mal en patience pour les entendre sur scène puisque la tournée qui suivra la parution de J’ai toujours su s’entamera seulement à l’automne 2020. Pour l’instant, huit dates ont été annoncées, dont une à Saint-Hyacinthe, le 5 novembre 2020, au Centre des arts Juliette-Lassonde.

image