24 mars 2016
Gérant recherché pour démystifier le syndrome de la Tourette
Par: Jennifer Blanchette
Atteint du syndrome de Gilles de la Tourette, Jean-François Laroche souhaite relancer sa carrière de conférencier avec l’aide d’un gérant. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Atteint du syndrome de Gilles de la Tourette, Jean-François Laroche souhaite relancer sa carrière de conférencier avec l’aide d’un gérant. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Plutôt que de se laisser abattre par son syndrome de Gilles de la Tourette (SGT), Jean-François Laroche a choisi de transformer sa maladie en une carrière de conférencier. En pause depuis deux ans, l’homme de 47 ans souhaite ­reprendre du service et pour l’épauler, il est à la recherche d’un gérant ayant des compétences en marketing et en droit.

Publicité
Activer le son

C’est après que le fils de Guy Lafleur, Mark, atteint du SGT, ait été accusé d’agression sexuelle sur une adolescente, en 2007, que M. Laroche a choisi d’entreprendre sa carrière de conférencier afin de briser les préjugés entourant sa maladie.

« Ce n’est pas facile de vivre avec une ­maladie mentale et encore moins à cause des préjugés. Il y aura toujours du travail à faire pour les briser, car il y aura toujours une nouvelle génération qui souffrira du SGT », explique l’homme de 47 ans.

En plus d’avoir donné une série de quatre conférences à l’école secondaire Fadette, M. Laroche a été conférencier dans diverses universités de Montréal, dans des écoles secondaires de la ­Rive-Sud ainsi que sur les chaînes de ­télévision du Groupe TVA.

Sa carrière ayant ralenti depuis les deux dernières années, Jean-François ­Laroche souhaite reprendre du service et pour ce faire, il sollicite l’aide d’un gérant ou d’un directeur des affaires. « Je me cherche un gérant, car moi je bégaie donc ce n’est pas facile. Cette ­personne, qui aura des ­compétences en marketing, finances et droit des affaires, agira à titre d’intermédiaire pour aller ­chercher des contrats. Ce sera ­important que cette personne soit de chimie contraire à la mienne », détaille celui qui aimerait ­décrocher des contrats locaux, nationaux et même internationaux.

Années difficiles

M. Laroche, qui réside à Saint-Hubert, a ­reçu son diagnostic du SGT à ­l’adolescence, alors que ses premiers tics et troubles ­obsessionnels du ­comportement (TOC) ont commencé à se manifester.

« Au début, je devais poser mes deux mains au sol. Ensuite, ça a été que je devais toucher la main des morts dix fois de suite », raconte-t-il.

Pour obtenir un diagnostic de SGT, la personne doit présenter au moins un tic sonore ainsi que des tics moteurs ­multiples.

Après quelques années difficiles lors de son passage au secondaire – il a été ­renvoyé de plusieurs écoles en raison de son trouble du déficit de l’attention -, M. Laroche a complété sa scolarité à l’école commerciale Lussier, de Saint-­Hyacinthe, à la fin des années 80.

Il a ensuite occupé divers emplois tant dans le milieu communautaire qu’en ­entreprise privée.

« Avant, quand je me taisais, j’avais ­l’impression qu’il y avait moins de ­préjugés envers ma maladie. Mais, malheureusement, les gens développent une double pensée et finissent par craindre une personne atteinte du SGT. La peur d’être agressé sexuellement est souvent le premier préjugé », détaille M. Laroche.

Plein d’ambition, il espère d’ailleurs devenir un modèle pour tous ceux ­souffrant du SGT, que ce soit par ses ­conférences ou simplement par sa ­motivation à ne pas ­laisser sa maladie contrecarrer ses projets.

Pour en savoir plus sur Jean-François ­Laroche, visitez le www.conferencierjfl.com.

image