3 mai 2018
Glass Tiger : nostalgie revisitée
Par: Maxime Prévost Durand
Après une tournée canadienne de 45 spectacles en 60 jours avec le chanteur Johnny Reid, le groupe Glass Tiger s’arrêtera au Centre des arts Juliette-Lassonde pour un concert intimiste le 9 mai.

Après une tournée canadienne de 45 spectacles en 60 jours avec le chanteur Johnny Reid, le groupe Glass Tiger s’arrêtera au Centre des arts Juliette-Lassonde pour un concert intimiste le 9 mai.

Le Centre des arts Juliette-Lassonde replongera dans les années 1980 le temps d’une soirée le 9 mai. Le groupe canadien Glass Tiger, à qui l’on doit notamment le méga succès « Don’t Forget Me (When I’m Gone) », viendra fouler les planches de la salle maskoutaine pour un spectacle intimiste où il revisitera les plus grandes chansons de son répertoire.

publicité

Il s’agira d’un spectacle quasi exclusif au Québec pour la formation, qui sera de passage seulement pour deux concerts – l’autre étant à L’Assomption – avant de revenir plus tard cet été au Festival d’été de Québec et au Festivalma.

« On a vraiment hâte de venir chez vous. On aime bien ces shows plus intimistes où il est possible d’avoir une réelle connexion avec les fans », soutient le claviériste, Sam Reid, dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Dans les derniers mois, Glass Tiger a refait surface en lançant l’album 31, où il a donné une nouvelle vie à ses vieilles chansons afin de célébrer ses 31 années d’existence.

« Au départ, on travaillait sur du nouveau matériel pour notre 30e anniversaire, mais Alan [Frew, le chanteur de la formation] a souffert d’une crise cardiaque », se souvient Sam Reid. Heureusement, la voix de Glass Tiger a pu se remettre sur pied sans conséquence, mais cet incident est venu quelque peu retarder les célébrations du groupe et a donné une nouvelle signification au projet sur lequel il travaillait.

Une rencontre avec le chanteur Johnny Reid, qui a produit l’album, a aussi changé la donne. « Johnny nous a dit : “Pourquoi vous ne réenregistreriez pas vos chansons au lieu d’en faire des nouvelles? Vous avez déjà toutes ces grandes chansons. Elles pourraient être refaites d’une façon différente” et c’est de là qu’est né le projet », poursuit Sam Reid.

Ainsi, on y retrouve des versions revisitées de chansons comme « Thin Red Line » et « My Town », alors que le rock laisse place à une sonorité plus acoustique, voire celtique à certains moments.

Une collaboration avec Véronic DiCaire pour la chanson « Someday » a également vu le jour, intégrant certaines paroles en français. Le duo a d’ailleurs été interprété récemment à l’émission Les Échangistes, à Radio-Canada. Il serait toutefois étonnant que cela se reproduise dans le cadre du spectacle maskoutain. « Elle a un horaire chargé, mais on aura sûrement d’autres occasions de monter sur scène avec elle », a indiqué Sam Reid.

Des amis d’abord

Même s’il y a plus de 30 ans que le groupe existe, l’envie de faire des spectacles est toujours bien présente pour Glass Tiger. La clé après toutes ces années? L’amitié.

« La raison pour laquelle on est encore ensemble en tant que groupe est simple : c’est parce qu’on est toujours amis, souligne Sam Reid. Certains groupes se voient seulement sur la scène, mais nous on est très proches et on voyage toujours ensemble. Il y a encore aujourd’hui cet esprit de fraternité, de famille et d’amitié. »

Après avoir fait revivre ses succès, le groupe pense déjà sortir de nouvelles chansons originales prochainement. « On est très excités par le nouveau matériel sur lequel on travaille. On se concentre beaucoup là-dessus. Évidemment, ces nouvelles chansons ressembleront au son de Glass Tiger. » Comme quoi ils ont toujours le feu sacré. 

image