13 avril 2017
Carte blanche
Googler Gérard Côté
Par: Christian Vanasse

Profitant d’une journée ensoleillée entre deux semaines de pluie, je me retrouve à marcher du côté de Gérard. Sur sa « Promenade », comme on l’appelle depuis son inauguration dans l’autre millénaire. À l’époque, je savais même pas que l’endroit avait un nom propre. Bon, propre, c’est une façon de parler. Entre les planches défoncées, les bancs moisis et les cadeaux de chien qui dégèlent, la marche est plus sinueuse qu’heureuse. Un peu normal aussi, un deck en bois qui passe 40 ans à côté de l’eau, ça laisse des marques. 

Vaguement déçu, je google « Gérard Côté », juste pour voir. Ayoye. L’exercicem’apprend qu’il fut sans doute un des (sinon LE) plus grands athlètes de l’histoire sportive québécoise et canadienne. L’illustre marathonien mériterait mieux que cette promenade, devenue avec le temps un parcours à obstacles. Et quand je tape « tourisme Saint-Hyacinthe » sur mon téléphone, la première chose qu’on me propose comme activité est justement de marcher ici. « Mais après avoir trouvé le centre-ville, bonne chance au touriste pour trouver la Promenade. » Je sais que ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boite pour comprendre que c’est à côté de la rivière, mais c’est pas le coin le plus accueillant, mettons. 

À l’origine, cette construction était une digue sensée empêcher la rivière d’aller vers le centre-ville, mais on dirait qu’elle empêche maintenant le centre-ville d’aller à la rivière. Heureusement, j’apprends qu’un appel d’offres a été lancé pour revitaliser la promenade. Pour l’histoire, le patrimoine et l’image de nous-mêmes que nous offrons aux visiteurs, voilà une excellente nouvelle.

On est encore loin de couper le ruban, mais c’est déjà un pas.

image