28 mars 2019
Carte blanche
« Gros budgets »!
Par: Pierre Bornais

Non seulement au chapitre des montants concernés, mais également compte tenu des réactions – surtout négatives – des contribuables canadiens et québécois. Au niveau fédéral, c’est une autre fois un important déficit qui apparaît en toile de fond, à quelques mois seulement d’une élection générale. Une mauvaise habitude sans effet néfaste, selon certains, compte tenu de la situation économique relativement positive du Canada.

Mais tout peut changer rapidement à ce chapitre et il faudra bien payer la dette un jour! Les mesures économiques du budget ont directement ciblé des clientèles en prévision du scrutin de l’automne prochain, en laissant d’autres en plan ou démunies. Comme de raison, cela a entrainé de nombreuses récriminations aux quatre coins du pays de la part de ceux et celles qui jugent que leurs demandes légitimes ont été ignorées.

Quelques jours après, c’était au tour du Québec – et son nouveau gouvernement – de faire connaître les mesures financières qui seraient appliquées au cours de la prochaine année. Différence notable toutefois, ce dernier pouvait compter sur quelques milliards de surplus, fruit des efforts des Québécois au fil des ans.

Mais compte tenu des promesses électorales qui ont été enregistrées au cours des mois de la campagne de l’automne 2018, certains ont été ignorés ou laissés de côté. Et là aussi, les plaintes et doléances n’ont pas tardé à se manifester, une fois encore, les personnes impliquées considérant qu’elles ont tout simplement été abandonnées.

Aurait-il été préférable que le Québec suive l’exemple du fédéral en y allant avec un déficit plus ou moins important afin de respecter toutes ses promesses? Poser la question, c’est y répondre.

image