26 mars 2020
Groupe Lacasse ferme temporairement :plus de 500 mises à pied
Par: Jean-Luc Lorry

Ne faisant pas partie des entreprises à l’activité jugée essentielle en temps de pandémie de COVID-19, le Groupe Lacasse de Saint-Pie a été contraint de fermer temporairement ses portes en début de semaine. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Groupe Lacasse de Saint-Pie subit de plein fouet les effets de la propagation rapide de la COVID-19 au Québec.

publicité

Ce manufacturier spécialisé dans la fabrication de mobilier de bureau haut de gamme a été contraint de suspendre pour trois semaines ses opérations, provoquant la mise à pied de plus de 500 travailleurs.

Pour réduire la contagion de la COVID-19, le premier ministre du Québec, François Legault, a pris la décision en début de semaine d’exiger la fermeture de tous les commerces et entreprises jugés non essentiels jusqu’au lundi 13 avril.

« Nous nous conformons à l’ordonnance du gouvernement. Nous espérions davantage de délais. Seulement une quarantaine d’employés resteront en poste cette semaine », indique avec gravité Sylvain Garneau, président-directeur général du Groupe Lacasse, en entrevue au COURRIER.

Les employés qui resteront dans l’entreprise effectueront, entre autres, des tâches de soutien à la clientèle.

« Toute la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise sera affectée par la fermeture du Groupe Lacasse », prévient M. Garneau. Autant les travailleurs en production que ceux affectés à des tâches administratives sont touchés par cette fermeture soudaine.

Sylvain Garneau assure que l’ensemble des employés du Groupe Lacasse pourra se prévaloir des indemnités de chômage.

Alors que le gouvernement donnait jusqu’à minuit, mardi, pour que les entreprises et commerces qui offrent des services non essentiels cessent leurs activités, le Groupe Lacasse a pris les devants en suspendant ses opérations dès 18 h 30, lundi.

Selon René Vincelette, vice-président des ressources humaines du Groupe Lacasse, le manufacturier compte actuellement 540 employés.

« Ce matin, c’est particulier de voir seulement 15 voitures dans notre stationnement qui est habituellement bondé… En peu de temps, c’est pratiquement un million de personnes au pays qui se retrouvent au chômage. Cette crise va laisser des traces chez beaucoup de personnes », mentionne M. Vincelette lors d’un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Avant que le couperet tombe sur l’ensemble des activités du Groupe Lacasse, l’entreprise avait procédé à une trentaine de mises à pied le 13 mars.

« Cette décision était en lien avec la baisse de notre carnet de commandes », justifie M. Vincelette.

Au répertoire des 200 plus grandes entreprises de la MRC des Maskoutains, le Groupe Lacasse occupe le 4e rang des entreprises privées derrière Olymel, Intact Assurance et Exceldor.

image