7 octobre 2021
Malgré la perte de ses licences
Habitations Trigone croit toujours en son projet de pôle santé
Par: Sarah-Eve Charland

Christian Faubert, vice-président aux opérations d’Habitations Trigone, et Stéphanie Cocozza, directrice du développement, ont présenté les grandes lignes du projet Viva-Santé Saint- Hyacinthe il y a deux semaines. Photothèque | Le Courrier ©

Même si Habitations Trigone s’est vu retirer toutes ses licences de construction par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), l’entreprise ne remet nullement en question ses démarches visant l’implantation d’un pôle santé à proximité de l’hôpital à Saint-Hyacinthe.
Publicité
Activer le son

« Il s’agit d’un projet d’investissement. Le projet est à l’étape préliminaire. Une fois approuvé, il sera réalisé par une firme de construction dûment licenciée par la Régie du bâtiment du Québec », assure la promotrice et porte-parole de Viva-Santé Saint-Hyacinthe, Stéphanie Cocozza.

Habitations Trigone a tout de même tenu des consultations avec des résidents du quadrilatère les 5 et 6 octobre.

La RBQ a rendu une décision le 30 septembre visant à suspendre toutes les licences de construction en vigueur et celles qui faisaient l’objet d’une demande pour un total de 23. La RBQ a lancé une enquête en février 2020 après la diffusion d’un reportage de l’émission La Facture à Radio-Canada. On y rapportait notamment que l’entreprise avait été visée par plus de 200 poursuites au cours des vingt dernières années. L’instance reproche donc à Habitations Trigone d’avoir contourné les règles par plusieurs stratagèmes en plus d’offrir un service après- vente déficient.

Les travaux de tous les chantiers menés par Habitations Trigone ont dû être arrêtés dès que la décision a été rendue. Habitations Trigone a déjà annoncé vouloir la contester devant le Tribunal administratif du travail.

Rappelons que le promoteur immobilier est en voie d’acquérir les bâtiments du quadrilatère adjacent à l’hôpital à Saint-Hyacinthe. Il compte y construire un pôle santé représentant un investissement de 115 M$, qui abritera plusieurs professionnels de la santé et des unités d’habitation. À l’heure actuelle, Habitations Trigone n’a pas voulu confirmer le nombre d’étages et de portes que comprendra le projet.

Inquiétudes des citoyens

À la séance du conseil du 4 octobre, plusieurs citoyens ont démontré une grande inquiétude face à l’arrivée des Habitations Trigone à Saint-Hyacinthe. Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a affirmé que la Ville s’assurera du respect des règlements par l’entrepreneur dans le cadre de ses champs de compétence. Le projet est encore à ses débuts, a-t-il noté.

« Les projets de développement à Saint-Hyacinthe doivent être réalisés dans le respect des règles de l’art, tant celles de la Régie du bâtiment que celles de notre réglementation municipale. Le projet Viva-Santé ne fera pas exception. »

Le conseiller municipal du district Sacré-Cœur, David Bousquet, a ajouté que les pouvoirs de la Municipalité sont toutefois limités. Saint-Hyacinthe n’a pas le pouvoir de juger de la qualité du travail d’un entrepreneur, rappelle-t-il. « Il y a un cheminement d’analyse réglementaire qui doit être réalisé avant que le conseil municipal puisse prendre une décision éclairée. À l’heure actuelle, avec les informations qu’on a, on ne peut pas se prononcer sur ces questions-là et ça ne serait pas sage de le faire. »

image