15 octobre 2015
Harper majoritaire, prédit Léveillé
Par: Benoit Lapierre
Le candidat du Parti conservateur dans Saint-Hyacinthe/Bagot, Réjean Léveillé. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le candidat du Parti conservateur dans Saint-Hyacinthe/Bagot, Réjean Léveillé. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La campagne électorale d’une durée record dans laquelle Stephen Harper a engagé le pays le 2 août se soldera par sa victoire lundi, prédit le candidat conservateur dans Saint-Hyacinthe/Bagot, Réjean Léveillé.

Publicité
Activer le son

« Ce sera un gouvernement conservateur majoritaire, j’y crois depuis le début. On ne peut pas se retrouver dans une aventure avec Justin Trudeau, qui est ­capable d’appeler­ Thomas ­Mulcair « mon amour ». Mais pour moi, son plus gros lapsus de la ­campagne, c’est quand il a parlé d’un modeste déficit de 14 ­milliards : j’ai ­trouvé ça pas mal plus gros. Si c’est­vraiment le fond de sa pensée, ça ­m’inquiète encore plus », a-t-il commenté cette semaine, en dressant le bilan de sa campagne.

Il est très content de la performance de son chef, estimant que M. Harper avait su se montrer convaincant. « Il s’est fait rassurant, comme il l’est habituellement, et c’est à ça qu’on s’attend d’un chef. Il s’est comporté en homme responsable, attentif aux gens qu’il représente, et il avait un bon bilan à leur présenter. »

Dans Saint-Hyacinthe/Bagot, Réjean Léveillé dit avoir effectué quelque 400 rencontres et croisé des milliers de personnes, en s’activant sur le terrain de 10 à 14 heures par jour. Étonnamment, personne ne l’abordait avec un sujet en particulier, hormis la question du port du niqab. « Honnêtement, avant que la ­question du niqab arrive dans le décor, aucun thème n’avait été soulevé. Puis, ­durant deux ou trois jours, les gens ne m’ont parlé que de ça. Ils voulaient que notre chef se tienne debout là-dessus. C’était devenu le véritable enjeu de la campagne. »

Selon lui, qu’est-ce que l’électeur de sa circonscription devrait garder à l’esprit en se rendant voter? Que je suis celui qui veux ramener la région au pouvoir pour lui ­redonner de l’amour, pour qu’elle puisse se faire entendre à Ottawa. Le viaduc ­Casavant, par exemple, les gens d’affaires le veulent, c’est une opportunité pour eux. C’est un non-sens qu’un dossier comme celui-là finisse en queue de poisson. À une époque où tout est pelleté dans la cour des municipalités, il faut redonner de l’oxygène aux conseils de ville. »

Lui qui s’attend à faire son entrée à la Chambre des Communes dans un gouvernement Harper réélu prévoit que ce sont les libéraux qui termineront la course derrière les conservateurs. « Les sondages montrent que les néo-démocrates se sont fait tasser, et que ça va très bien pour nous », a conclu le candidat Léveillé.

image