28 avril 2016
Hausse de la valeur des terres agricoles au Québec
Par: Le Courrier

Les producteurs du Québec devraient se préparer à la possibilité d’une progression moins marquée de la valeur des terres agricoles même si, selon le dernier rapport Valeur des terres agricoles de Financement agricole Canada (FAC), la valeur moyenne a continué d’augmenter au Canada en 2015.

Publicité
Activer le son

Au Québec, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 9,6 % en 2015, après avoir progressé de 15,7 % en 2014 et de 24,7 % en 2013. La valeur des terres agricoles ne cesse de croître au Québec depuis 1986.

Le rapport révèle que la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté à un rythme plus lent l’an passé, tant à l’échelle nationale que dans de nombreuses régions agricoles importantes. Dans l’ensemble, une volatilité accrue se manifeste dans un plus grand nombre de localités où la valeur a diminué.

Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef à FAC, affirme qu’un ­secteur agricole vigoureux, appuyé par de fortes recettes dans le secteur des cultures et par les faibles taux d’intérêt, a continué de soutenir les hausses de la valeur des terres agricoles en 2015. Toutefois, certains des principaux facteurs qui influencent la valeur des terres agricoles commencent à changer.

« On constate actuellement une baisse des prix des produits de base, qui est ­toutefois contrebalancée par la faiblesse du dollar et des taux d’intérêt. Le faible huard rend non seulement nos exportations plus concurrentielles, mais aide aussi les producteurs à obtenir un ­meilleur prix pour leurs produits agricoles qui sont principalement libellés en dollars américains, explique M. Gervais. Nous assistons donc à un ­véritable bras-de-fer entre des facteurs concurrents qui influencent la valeur des terres agricoles. »

La valeur moyenne des terres agricoles au Canada a connu une hausse de 10,1 % en 2015, comparativement à la hausse de 14,3 % enregistrée en 2014, qui était déjà inférieure à l’augmentation de 22,1 % ­observée en 2013. Bien que toutes les ­provinces aient vu la valeur moyenne de leurs terres agricoles augmenter, c’est le Manitoba qui a enregistré la hausse la plus forte avec 12,4 %. Le taux d’augmentation a ralenti dans six provinces.

M. Gervais déclare que la vigueur des prix des produits de base entre 2010 et 2013 a permis aux producteurs de cultures de dégager des profits importants et a contribué aux hausses records de la valeur des terres agricoles. Les marges de profit et la demande de produits agricoles demeurent fortes, ce qui s’explique principalement par la ­faiblesse du dollar canadien.

« Le meilleur scénario serait que la ­valeur moyenne des terres agricoles se stabilise à long terme et ne connaisse ensuite que de légères fluctuations », ajoute M. Gervais.

Corinna Mitchell-Beaudin, vice-­présidente exécutive et principale dirigeante du risque à FAC, recommande aux ­producteurs de s’assurer que leurs plans de gestion du risque prévoient la possibilité d’un « fléchissement » de la valeur de leurs terres ­agricoles et de hausses futures des taux d’intérêt.

« Malgré les solides résultats enregistrés récemment dans le secteur agricole, l’agriculture sera toujours une industrie cyclique. Les producteurs doivent donc être prêts à affronter ses hauts et ses bas périodiques, affirme Mme Mitchell-Beaudin. Nous encourageons les producteurs à déterminer leurs principaux risques et les solutions qui s’offrent à eux pour gérer ces risques s’ils se concrétisaient pour leur entreprise. »

image