9 août 2018
Hommage aux sœurs Adoratrices du Précieux-Sang
Par: Le Courrier

Je tiens à remercier toutes les sœurs que j’ai eu la chance de côtoyer en exécutant pour elles quelques petits services à la préparation de leur déménagement aux Jardins d’Aurélie. Sœurs Claire Durocher, Andrée Lapierre, Micheline Proulx, Simone Gervais et Jeannine Cyr, merci pour votre patience et votre dévouement.

Malheureusement, avec beaucoup de tristesse, on fermera bientôt la porte sur le passé de toutes ces bonnes sœurs qui ont sacrifié leur vie, cloîtrées, à prier pour nous. Personnellement, je déplore cette mode 2018 où l’on s’amuse à démolir nos demeures et nos églises pour en faire des stationnements payants, et ce, en raison de l’interdiction immorale de pouvoir se stationner gratuitement dans nos rues comme autrefois. Eux, ils appellent ça l’évolution… (ben oui).

Bon, dans le cas de ce monastère, non, on ne le démolira pas, mais on aurait dû, par respect, s’abstenir de profaner le sommeil et la tranquillité de sa fondatrice, Catherine-Aurélie Caouette, qui y reposait en paix depuis le 6 juillet 1905. Pour moi, dans ma religion catholique, de déménager ou d’ouvrir un cercueil ou un sarcophage du passé, cela reste un sacrilège et une profanation. Ce n’est que mon opinion, je m’en excuse.

On aurait pu aussi continuer à servir la messe dans cette vieille chapelle tellement éblouissante que, lorsqu’on y entre, elle nous en fait perdre notre souffle et en devenons aussitôt bouche bée en la contemplant silencieusement. Oui, c’est triste et dommage d’abandonner un tel joyau.

En tant que déménageur, j’ai eu la chance, le privilège et l’honneur, grâce à Sr Claire Durocher, de visiter chaque petit recoin de ce paradis paisible, silencieux et plein d’amour. Merci ma sœur.

La ponctualité, le dévoue, l’écoute, la patience, la gentillesse, le courage, la générosité et surtout votre sourire, mes sœurs, oui, ce sont toutes des qualités qui sont tout à votre honneur et c’est peu dire. Un gros merci, bonne chance et longue vie aux Jardins d’Aurélie.

Donald Langlois,
un bénévole qui vous admire

image