29 août 2013
Lancement du 3 e tome de la série Malphas
Horreur et humour avec Patrick Senécal
Par: Le Courrier

Après Le cas des casiers carnassiers et Torture, luxure et lecture, Patrick Senécal lance, le 22 août, l’avant-dernier tome de la série Malphas, Ce qui se passe dans la cave reste dans la cave. Entretien avec l’auteur sur sa première série en carrière.

publicité

Connu entre autres pour ses oeuvres littéraires portées au grand écran, dont Les Sept Jours du talion, réalisé par Podz en 2010, Patrick Senécal s’en donne à coeur joie dans le suspense, la terreur et le fantastique depuis ses débuts en 1994.

Après quatre opus très noirs, l’auteur originaire de Drummondville effectue un « retour aux sources » pour sa première série et signe une oeuvre fantastique. À la différence qu’il y intègre, pour la première fois, une tonalité humoristique. « J’étais rendu à un moment dans ma carrière où j’avais besoin de relever un nouveau défi, avance Patrick Senécal. Je voulais changer de genre et intégrer l’humour à mon écriture. C’est un aspect de ma personnalité que mes proches connaissent bien, mais pas les lecteurs. » « Et je ne voulais pas traiter du sujet sérieusement, poursuit l’auteur. J’ai 45 ans, les histoires de démons ne me font plus tellement peur. Je voulais écrire une histoire de série B avec des personnages flyés, une ville weird et emmêler la magie à tout cela. »

Lieu de tous les possibles

Pour ceux qui n’ont pas lu les deux premiers tomes de la série, Malphas est le nom que porte le cégep de Saint-Trainloin, une ville si reculée que « même l’Internet haute vitesse ne s’y rend pas ». Son personnage principal, Julien Sarkozy, est un professeur de littérature qui bénéficie de sa dernière chance d’embauche après s’être fait congédier du cégep de Drummondville, où il travaillait depuis onze ans.

Comme son personnage, Patrick Senécal a enseigné la littérature au Cégep de Drummondville. Ceux qui connaissent les lieux trouvent d’ailleurs des ressemblances entre le cégep fictif et le collège drummondvillois. C’est parce que l’auteur voulait s’inspirer d’un univers qu’il connaissait bien avant de plonger plusieurs années dans le projet. Mais aussi parce que le lieu lui permettait d’explorer des horizons contrastants.« J’aimais la cohabitation du monde des adultes avec celui des enfants, mais aussi celle d’un univers trash à un plus cultivé. Je peux intégrer des blagues extrêmement vulgaires autant que des citations de grandes oeuvres littéraires et je trouvais cela intéressant de mélanger les deux. »

Le tome de la maturité

Montée telle une structure narrative en bonne et due forme, la série Malphas est maintenant rendue à son point culminant et Ce qui se passe dans la cave reste dans la cave précise la courbe de l’intrigue avant d’atteindre la résolution pour le 4 e tome.

« C’est le tome de la maturité, précise l’auteur. Celle du récit, mais aussi des personnages. Nous allons connaître un peu plus leur histoire. Ils vont devenir un peu plus humains, moins des caricatures, pour qu’ils ne soient plus que des figurants dans le tome 4. »Ce dernier tome n’est pas encore commencé, mais Patrick Senécal en connaît déjà la conclusion. Il entamera la rédaction cet automne. Il éprouvera certes une petite nostalgie à mettre fin à sa première série et a suffisamment apprécié l’expérience pour la réitérer dans le futur, mais confirme se lancer dans la rédaction d’un roman une fois le projet terminé.

image