3 septembre 2020
Hyacinthe Delorme fête ses 300 ans
Par: Le Courrier

La plus grande école publique de Saint-Hyacinthe a été nommée en l’honneur du fondateur de la ville : la Polyvalente Hyacinthe-Delorme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Statue de Hyacinthe Delorme érigée en 1948. Photo Daniel Girouard, juin 2020

Le 3 septembre 1720 est baptisé en l’église Notre-Dame de Québec Jacques-Hyacinthe Simon dit Delorme. Né le même jour que le mariage de Jacques Simon dit Delorme et de Marie Rouillard, il est le deuxième enfant de ce couple qui en aura sept au total. Qui aurait dit qu’un brillant avenir l’attendait et qu’on parlerait encore de lui 300 ans plus tard?

Publicité
Activer le son

Né au sein d’une famille d’artisans œuvrant dans le domaine du bois, son père et son oncle Pierre étaient maîtres-charrons et son oncle Joseph était maître-charpentier. Son avenir semblait tout tracé d’avance. En 1745, alors majeur et âgé de 25 ans, il décroche un important contrat pour le service de Sa Majesté Louis XV, roi de France et de Navarre. Il est alors qualifié d’entrepreneur des plates-formes, affûts et artillerie. Il se montre un excellent gestionnaire, faisant fructifier ses avoirs par plusieurs transactions dans la haute-ville de Québec.

Le 25 octobre 1753 marque un tournant dans la vie du jeune homme. Il achète de Pierre François de Rigaud, gouverneur des Trois-Rivières, l’immense seigneurie de Maska, d’une superficie de six lieues sur six, et ce, pour la somme de quatre mille livres. Aux fins de comparaison, un ouvrier spécialisé gagnait à cette époque 300 livres par année. Hyacinthe Delorme devient alors le deuxième seigneur de ce lieu qui tire son nom de la rivière qui y serpente, la Yamaska.

Le 25 février 1756, il épouse à Saint-François-du-Lac la fille unique du seigneur Jean-Baptiste Jutras dit Desrosiers, prénommée Marie-Josephte. Le couple s’installe au manoir du lieu et le 31 mars 1757, il fait baptiser un fils, Jean Baptiste Hyacinthe. Malheureusement, l’enfant décède le 23 juin suivant.

C’est ensuite que Delorme vient s’établir dans sa seigneurie en compagnie de son épouse et de six défricheurs. Mes recherches me permettent toutefois de penser que l’endroit était déjà exploité par le seigneur pour y cueillir le bois et le revendre. Ils s’installent à l’endroit qu’il baptise le Rapide-Plat, nom toujours en usage. Un moulin à scie est construit sur un petit affluent de la rivière Yamaska qu’il nomme la rivière Delorme.

En 1758, le couple donne naissance à des jumelles, Geneviève et Claire, décédées en bas âge : la première à trente-huit jours, la seconde à cinq mois. C’est en 1763 que le seigneur Delorme accorde les dix-neuf premières concessions, de part et d’autre du Rapide-Plat. L’année suivante, le couple donne naissance à une fille baptisée Marie-Joseph. En cette année 1764, le seigneur accorde une trentaine de nouvelles terres.

C’est en 1772 que Hyacinthe Delorme décide de déplacer le centre de sa seigneurie à l’endroit surnommé la cascade du moulin. Il s’y réserve d’ailleurs un vaste emplacement, prévoyant s’y construire un nouveau manoir. Cette année-là, il perd son épouse, âgée d’environ 36 ans. Il se remarie en 1774 à Marie-Anne Crevier Descheneaux, elle aussi originaire de Saint-François-du-Lac. En 1776, elle lui donne une fille qu’on baptise Marie-Anne. Elle décède 11 jours plus tard. En 1777, le couple donne naissance à celui qui succédera à son père, Hyacinthe-Marie.

L’avenir s’annonce alors des plus prometteurs, mais le destin en décide autrement. Le 24 octobre 1778, le seigneur Hyacinthe Delorme rend son âme à Dieu dans son manoir du Rapide-Plat, à l’âge de 58 ans. Il est enterré au cimetière de la Cascade, derrière l’actuelle église Notre-Dame-du-Rosaire. Sa veuve, alors enceinte, donnera naissance à la petite Marie-Anne-Josette le 7 janvier 1779. En 1798, le corps du seigneur sera exhumé pour être enterré dans l’église, du côté de l’épître, sous le banc seigneurial.

Sa veuve, secondée par le curé François Noiseux, puis par son neveu Jean Dessaulles, voit à la gestion de la seigneurie jusqu’à la majorité de son fils Hyacinthe-Marie en 1798. C’est lui qui réalise le rêve de son père en construisant cette année-là le magnifique manoir démoli en 1876, dont on peut voir aujourd’hui le tracé devant le parc Casimir-Dessaulles. Le jeune seigneur s’éteint le 13 mars 1814, à l’âge de 36 ans. Il lègue sa part de la seigneurie à son cousin Jean Dessaulles, qui épouse Rosalie Papineau, sœur du célèbre Louis-Joseph Papineau, chef des Patriotes.

Hyacinthe Delorme s’était donné pour mission de transformer cette immense forêt en terres riches et fertiles. En ce jour de son 300e anniversaire de naissance, ayons une pensée pour celui qui est sans aucun doute immensément fier de ce territoire qui a obtenu en 1993 le prestigieux titre de « Technopole agroalimentaire ».

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image