15 octobre 2015
Cégep de Saint-Hyacinthe
« Ici on partage » pour contrer l’itinérance
Par: Jennifer Blanchette
Les étudiantes Stella, Judy, Paméla et Lanie (absente) tenteront de mettre un peu de chaleur dans le coeur des itinérants du parc Viger, à Montréal, le 21 octobre.   Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les étudiantes Stella, Judy, Paméla et Lanie (absente) tenteront de mettre un peu de chaleur dans le coeur des itinérants du parc Viger, à Montréal, le 21 octobre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Avec le temps froid qui approche, un groupe d’étudiantes du Cégep de Saint-Hyacinthe a décidé d’offrir vêtements chauds, nourriture et autres objets de base aux personnes itinérantes du parc Viger, à Montréal.

Publicité
Activer le son

Les quatre élèves, qui poursuivent une ­attestation d’études collégiales en ­techniques d’éducation spécialisée, doivent réaliser une « activité comme moyen d’intervention » auprès d’une ­clientèle et pour l’occasion, elles ont ­choisi le milieu de l’itinérance.

« Il y a beaucoup de besoins à combler et nous voulons aller à Montréal pour ­distribuer ce que nous aurons amassé. Nous avons pensé au parc Viger pour aider directement dans le milieu plutôt que de s’associer avec un centre qui accueille les itinérants, car dans ce cas-là, les ­personnes reçoivent déjà un minimum de ressources », explique Judy Beauchemin.

Pour mener à terme leur projet nommé « Ici on partage », Judy et ses collègues ­Paméla Brodeur, Stella Dufault et Lanie Pivin sollicitent la générosité de la population. Elles aimeraient amasser des dons en argent afin d’acheter du matériel tel que des tapis de yoga, des gourdes ou encore des ouvre-boîtes ainsi que des denrées non périssables.

« Lorsque nous serons dans le parc, nous aimerions installer une table et créer un lien avec les personnes itinérantes en leur offrant de la soupe et du café. Par la suite, nous souhaitons leur remettre chacun un sac avec des vêtements chauds et des objets qui leur seront utiles », détaille Stella. Les étudiantes travaillent sur ce projet « gratifiant » depuis déjà quatre semaines et iront donner un coup de pouce aux ­itinérants le 21 octobre. Pour les jeunes femmes, il s’agira d’un premier contact avec cette clientèle. Elles jugent qu’il y a de plus en plus de sans-abri alors que les ressources sont nettement insuffisantes.

Les étudiantes travaillent sur ce projet « gratifiant » depuis déjà quatre semaines et iront donner un coup de pouce aux ­itinérants le 21 octobre.

Pour les jeunes femmes, il s’agira d’un premier contact avec cette clientèle. Elles jugent qu’il y a de plus en plus de sans-abri alors que les ressources sont nettement insuffisantes.

Pour encourager le projet « Ici on partage », il suffit de visiter la page Facebook Judy Beauchemin et de contacter l’équipe via la messagerie privée.

image