22 juin 2017
VW Tiguan 2018 
Il est rendu grand le jeune homme
Par: Marc Bouchard
Photo Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

(Denver, Colorado) – Le Volkswagen Tiguan n’est plus jeune. En fait, depuis quasiment une décennie, il n’a subi aucun changement et a conservé sa silhouette correcte, mais pas spectaculaire de petit utilitaire sport. Mais voilà que la concurrence devient de plus en plus féroce, que les utilitaires sport prennent de plus en plus de place sur le marché et que le Tiguan lui, ne change pas. 

Publicité
Activer le son

L’année-modèle 2018 changera la donne puisque le Tiguan se présentera dans une forme totalement nouvelle. Et quand on dit totalement… Absolument rien n’a résisté, pas même une vis n’est partagée avec l’ancienne génération ont affirmé les représentants de la marque lors du lancement mondial du petit véhicule, à Denver au Colorado.

Dans les faits, c’est la toute nouvelle plateforme MQB qui sert de base à ce nouveau Tiguan, une plateforme que l’on retrouve aussi sous la structure de la nouvelle Golf, du nouvel Atlas et de toutes les nouveautés de la marque au cours des prochains mois. Dans le cas du Tiguan, cette nouvelle structure lui procure une rigidité accrue, tout en conservant le style Utilitaire sport compact qui a fait sa renommée.

Style dehors et dedans

Avouons-le d’entrée de jeu, le VW Tiguan ne fait pas tourner les têtes. Il a une allure plus proche de celle de l’Atlas, c’est-à-dire nettement plus carrée, et profite d’une véritable cure d’agrandissement. Sa longueur est accentuée de quelque 268 mm (dont 186 réservé à l’empattement), il est plus large de 30 mm, mais s’abaisse, étonnamment, de quelque 7 mm.

Dans l’habitacle, ces nouvelles dimensions permettent évidemment un plus imposant dégagement pour les occupants, peu importe leur position. Elles offrent aussi, en option faut-il le préciser, la possibilité d’ajouter une troisième rangée pour accueillir deux passagers. Ici, prenons le tout avec une pointe d’humour. Même Volkswagen parle d’un 5 + 2 au lieu d’un vrai 7 passagers. Car il faut bien l’admettre, l’espace qui leur est consacré est symbolique et j’ai moi-même été incapable d’y prendre place sans une forme de contorsion. Les passagers étant localisés directement au-dessus arrière, ils doivent aussi se recroqueviller dans leurs sièges. Bref, une option à ne choisir qu’en cas d’absolue nécessité.

Le tableau de bord profite d’un rafraîchissement important. Dans les versions d’entrée de gamme, il est typiquement VW et présente un volant au boudin plutôt étroit qui détonne un peu. On apprécie cependant la présence d’un écran de 6,5 pouces, ou de 8 pouces en milieu de gamme.

La version Highline, la plus sophistiquée, est sans conteste la mieux réussie. Le tableau de bord s’inspire littéralement du cockpit virtuel de Audi, et présente un affichage logé entre les cadrans que l’on peut personnaliser. Ajoutez à cela un écran central de 8 pouces de meilleure définition et vous aurez une bonne idée de l’ensemble. On peut lui reprocher la qualité du système audio Fender qui se retrouve de série dans le Highline, et dont la qualité n’est pas si exceptionnelle. Sans doute mes oreilles peu musicales qui n’ont pas su apprécier les subtilités du système.

Sous le capot

Outre les nouveautés physiques, le VW Tiguan est aussi équipé, dans toutes les versions, d’un tout nouveau moteur 4 cylindres 2,0 litres turbo marié sans exception à une boite de vitesse automatique 8 rapports et, en option, à une traction intégrale 4Motion. Sa puissance de 184 chevaux et son couple de 221 livres-pied se font bien sentir, mais il faut admettre que l’accélérateur électronique ne répond pas avec autant de vivacité que l’on pourrait le souhaiter!

Malgré tout, les routes sinueuses et montagneuses en haute altitude du Colorado ont permis de constater que le nouveau Volkswagen Tiguan a conservé son dynamisme de conduite et que les modes réglables entre le sport et Eco permettent de varier la réaction du véhicule. La grande rigidité de l’ensemble permet de maîtriser sans trop de soucis le transfert de poids et le roulis, même dans les sections les plus accidentées et légèrement hors route de notre périple.

En résumé

On ne peut parler de rapport qualité-prix avec le nouveau Tiguan puisqu’il faudra attendre à la mi-août, date de sa sortie officielle, pour en savoir davantage à ce sujet. Reste que le véhicule est agréable, amusant et est une belle évolution de la dernière génération. Est-ce que cela sera suffisant pour lui permettre de prendre les devants sur la concurrence? Rien n’est moins sûr puisque la concurrence est féroce, mais il sera certainement capable de contenter les amateurs de Volkswagen et ceux qui recherchent un peu plus de plaisir de conduite dans un petit VUS.

image