2 mai 2019
Salaire des élus
Ils ne l’ont pas volé
Par: Martin Bourassa

Sujet sensible s’il en est un, le traitement salarial des élus municipaux fait toujours réagir. Et souvent pour de mauvaises raisons, si vous voulez mon avis. Il faut dire que les principaux intéressés ne sont pas toujours très habiles pour motiver ou défendre leur salaire et leurs augmentations quand ces dernières se pointent le bout du nez.

publicité

Car attention, ces augmentations ne se retrouvent pas toujours débattues sur la place publique. Dans certains cas, dont ici à Saint-Hyacinthe, les salaires des élus sont désormais indexés en douce chaque année, et ce, beau temps mauvais temps.

En tout cas, tous les maires n’étaient pas très chauds à l’idée de répondre aux questions du journaliste Benoit Lapierre lors de sa récente tournée des municipalités de la MRC pour dresser la liste mise à jour du salaire des maires et des conseillers.

Et pourtant. Ils ne devraient pas être gênés de présenter ces chiffres, qui de toute façon sont du domaine public. Ils méritent pour la grande majorité chaque dollar et chaque cenne qu’ils reçoivent, dans notre région à tout le moins.

Il faut savoir que plusieurs municipalités ont justement revu [à la hausse bien entendu] le salaire des élus ces derniers mois. Certaines sont en plein dans le processus puisque les allocations de dépenses des élus sont désormais imposables au fédéral, ce qui les pénaliserait si aucun ajustement n’était apporté. Notre exercice tombait pile.

Résultat? Même si en terme de point de pourcentage certaines hausses salariales semblent importantes, je pense entre autres au maire de Saint-Liboire qui a vu son traitement annuel passer de 16 034 $ à 24 000 $, il n’en demeure pas moins que le salaire net n’a rien d’astronomique à la vue des responsabilités qui viennent avec, même si ça reste dans bien des cas un salaire d’appoint intéressant. Sauf si on se donne la peine de le ramener sur un taux horaire. C’est d’ailleurs un exercice à ne pas faire si vous avez des aspirations à faire de la politique un jour.

Si plusieurs citoyens ont la critique facile par rapport au traitement des élus, en estimant que certains sont trop payés pour la qualité du travail offert, la bonne nouvelle c’est que ce poste devient disponible tous les quatre ans. Et pour postuler sur cet emploi, nul besoin d’avoir fait de longues études ou d’avoir beaucoup d’argent.

Il suffit de remplir deux ou trois conditions de base, comme avoir 18 ans et plus et résider dans la municipalité où l’on se présente, puis de se faire élire. Devenir maire ou conseiller municipal est pratiquement donné à tout le monde qui souhaite s’exposer à la critique et travailler à l’avancement du bien commun, sans nécessairement attendre de reconnaissance en retour. Ce n’est pas l’emploi le plus alléchant qui soit. C’est encore plus vrai à Saint-Hugues et à Saint-Pie où les élus semblent sous-payés quand on compare leur traitement à celui de leurs homologues du reste de la MRC.

Certains maires ont dû découper notre tableau comparatif des salaires…

image