19 septembre 2019
Élections fédérales du 21 octobre
Imprévisible
Par: Martin Bourassa

Voilà sans doute l’adjectif qui résume et définit le mieux ce qui nous attend avec les élections fédérales du 21 octobre, autant à l’échelle du pays que dans le comté de Saint-Hyacinthe-Bagot. Chez nous, tous les espoirs semblent permis pour les prétendants au siège de la députée du NPD, Brigitte Sansoucy. Oui, même pour elle, même si plusieurs ne donnent pas cher de la peau des candidats de Jagmeet Singh au Québec. Mme Sansoucy jouit d’une bonne cote de sympathie chez les électeurs du comté et on peut certes affirmer qu’elle s’est bien acquittée de sa tâche au cours de son mandat où elle aura été présente et pertinente à Ottawa et dans son comté depuis 2015.

Publicité
Activer le son

Est-ce que ce sera suffisant pour mériter un autre mandat? C’est loin d’être acquis, surtout dans la région de Saint-Hyacinthe où la Coalition avenir Québec a fait un tabac aux dernières élections provinciales en promettant entre autres une loi sur la laïcité de l’État. Élire une députée fédérale qui présente son chef comme un Jack Layton avec un turban pourrait sembler quelque peu contradictoire aux yeux de certains. Mais tout n’est pas perdu. Comme l’élection s’annonce chaudement disputée, tout peut arriver. Surtout dans une course à trois ou à quatre. C’est justement le portrait que nous avions eu lors des dernières élections alors que le NPD, le Parti libéral, le Bloc québécois et, dans une moindre mesure, le Parti conservateur s’étaient divisé le vote.

Mme Sansoucy avait résisté à la vague libérale en obtenant 600 votes de plus que le libéral René Vincelette et 2378 de plus que le bloquiste. En 2019, tous les candidats sur la grille de départ se disent qu’ils ont des chances. M. Vincelette le premier, lui qui apparaît cependant comme le candidat par défaut. Au cours de l’été, la machine libérale a tenté sans succès de convaincre une femme de se présenter dans le comté.

Au moins deux auraient décliné l’invitation. René Vincelette sera-t-il l’homme de la situation en 2019? Ça reste à voir puisque son chef et son parti ont perdu de leur lustre au cours du dernier mandat et des appuis chez les agriculteurs.

Le Bloc québécois a de grandes ambitions avec la candidature de Simon-Pierre Savard-Tremblay, une nouvelle figure dans la région. On verra s’il peut bâtir sur ce qui reste des forces indépendantistes du comté et les mobiliser. C’est tout un défi. Du côté conservateur, on a causé la surprise en recrutant le conseiller municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe, Bernard Barré, un politicien expérimenté capable de défendre les (ou ses) idées conservatrices et de donner le change, si on l’attaque.

Reste à savoir s’il pourra patiner assez vite et loin pour étendre sa popularité à l’extérieur du quartier La Providence. Et il y a aussi les autres. Même si l’environnement a la cote, il serait étonnant que le Parti vert arrive à s’imposer à l’échelle locale et nationale. Pour les Verts, battre le NPD serait déjà toute une victoire.

Enfin, pour les distractions, on pourra compter sur le Parti rhinocéros et le Parti populaire de Maxime Bernier.

Bonne campagne!

image