27 février 2013
Semaine mondiale des femmes de l'air
Initiation au pilotage pour des étudiantes de l’école Raymond
Par: Maxime Prévost Durand
C'est à bord d'un appareil comme celui-ci que les étudiantes Karen Moquin-Fleury, Carolane Bilodeau et Naïla Verret ont eu l'occasion de prendre les commandes l'an dernier. Elles sont accompagnées d'André Morin, propriétaire de l'école de pilotage Aviation DM et de Johanne Bédard, instigatrice de l'activité.

C'est à bord d'un appareil comme celui-ci que les étudiantes Karen Moquin-Fleury, Carolane Bilodeau et Naïla Verret ont eu l'occasion de prendre les commandes l'an dernier. Elles sont accompagnées d'André Morin, propriétaire de l'école de pilotage Aviation DM et de Johanne Bédard, instigatrice de l'activité.

Une vingtaine d’étudiantes de l’école Raymond de Saint-Hyacinthe seront invitées à prendre les commandes d’un avion à l’école de pilotage Aviation DM de Saint-Hyacinthe au cours des prochains jours dans le cadre de la Semaine mondiale des femmes de l’air.

Publicité
Activer le son

Aviation DM et l’instigatrice de l’activité, Johanne Bédard, se sont donné la mission pour une deuxième année consécutive de faire vivre une expérience hors du commun à plusieurs étudiantes de la région en leur offrant de devenir pilote de l’air le temps d’une journée. L’an dernier, 15 étudiantes, de l’école Raymond et de l’école Ozias-Leduc de Saint-Hilaire notamment, avaient participé à l’activité. Cette année, l’école Raymond est la seule ciblée par l’activité.

« C’est une chose qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie », affirment Naïla Verret, Karen Moquin-Fleury et Carolane Bilodeau, trois étudiantes ayant vécu l’expérience l’an dernier. Malgré leurs craintes et la nervosité, chacune en retire des souvenirs et des sensations qu’elles n’oublieront pas de sitôt.En début de journée, une portion théorique est donnée aux jeunes femmes, suivie d’une découverte de l’appareil avant de monter à bord pour ainsi prendre le contrôle, sous la supervision, bien sûr, d’un pilote qualifié de l’école.« Au début, je ne voulais pas le faire puisque j’ai peur des hauteurs, mais mes amis m’ont poussée à y aller pour l’expérience. Les paysages sont magnifiques vu des airs! J’ai grandement apprécié mon vol. J’ai même pu prendre ma maison en photo », lance Carolane.« J’étais très nerveuse. Même si j’avais déjà pris l’avion, c’est loin d’être la même chose. Je me suis trouvée courageuse. J’aimerais bien le refaire », affirme Naïla.La présence des femmes comme pilote d’avion reste toujours marginale dans le monde. « Avant qu’on vienne parler de cette expérience de pilotage dans ma classe, je ne savais même pas qu’il y avait des femmes dans le rôle de pilote, avoue pour sa part Karen. On pense aux hôtesses de l’air, mais pas qu’une femme soit pilote d’avion. »Si l’instigatrice de cette activité à Saint-Hyacinthe a décidé de lancer ce partenariat avec l’école de pilotage Aviation DM, c’est pour lancer le message que les femmes peuvent aussi bien être pilotes que les hommes. « Il y a une place pour les femmes dans le monde de l’aviation, il n’y a pas de doutes là-dessus. Je souhaite donner le goût aux jeunes filles de tenter l’expérience tôt et peut-être leur donner l’envie d’en faire un métier. Dès l’âge de 14 ans, on peut être un élève pilote et dès 16 ans, un pilote privé au Canada », souligne Mme Bédard.Toute cette expérience est offerte gratuitement aux étudiantes sélectionnées. Cette année, l’Association des pilotes de Saint-Hyacinthe s’est jointe à l’équipe pour tenter de donner la piqûre de l’air à ces jeunes femmes.

image