20 juin 2013
Innovante à écorner les bœufs
Par: Christian Vanasse

« Saint Hyacinthe, terre d’innovation ». Dévoilée devant les yeux émus de la Chambre de Commerce, la nouvelle identité visuelle maskoutaine ne m’a pas ébloui.

Oh, pas que je regrette la disparition du mignon sobriquet de « la jolie un choix pour la vie » qu’il fallait toujours dire d’un trait avec une drôle de voix, mais ce nouveau slogan ne m’émeut guère. Sans doute que les génies créatifs patentés des grandes écoles de marketing se sont pourléchés les babines d’autosatisfaction à la suite de leur ascension de la montagne d’idées qui accoucha finalement d’une souris. « Terre d’innovation » dans mon oreille, ça sonne comme « pays de possibles », « contrée de découvertes », « territoire d’avenir », bref, on est dans le slogan de centre d’achats qui veut tout dire en général et rien pantoute en particulier. La définition de l’innovation est l’introduction dans un domaine de quelque chose de nouveau. Or, qu’avons-nous de si novateur à proposer pour devenir LA ville incarnant le changement, la hardiesse, la création? Qu’avons-nous inventé de si révolutionnaire pour que devant une nouveauté l’on ne puisse que s’exprimer; c’est tellement maskoutain! Ou trop Maska mannnn! Et comme le souligne le sage, innover n’est pas tant avoir une nouvelle idée que cesser d’en avoir des vieilles. Par exemple, cessez de bâtir uniquement en fonction du tout-puissant char et enfin bâtir en fonction des transports collectifs. Ou dépolluer la rivière, la rendre potable, baignable et fréquentable plutôt que misérable. Changer nos pratiques agricoles. Abandonner notre dépendance aux énergies fossiles. Donner un cadre de vie à la fois stimulant et sécuritaire pour nos ainés. Amener le taux de décrochage scolaire près du point zéro. Réellement combattre la pauvreté! Innover serait peut-être bâtir une ville si fantastique qu’elle n’aurait même pas besoin d’un slogan. On n’aurait qu’à dire : Saint-Hyacinthe. Et tout serait dit.

image