23 août 2012
Gel des périmètres urbains
Inquiétude à la Chambre de Commerce
Par: Le Courrier

La volonté manifestée par le gouvernement du Québec de freiner le développement de la MRC Les Maskoutains pour favoriser celui de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) crée beaucoup d’inquiétude dans le milieu des affaires.

publicité

Cette histoire est prise très au sérieux par la Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains, qui a même décidé de tenir une séance d’information sur le sujet. Elle se déroulera le 19 septembre au Centre aquatique Desjardins sous le thème « le Plan métropolitain applicable à la MRC des Maskoutains : subir ou agir » et sera animée par Réal Campeau, urbaniste et directeur de l’aménagement à la MRC et par une avocate, Bernadette Doyon, du cabinet Therrien, Couture, de Saint-Hyacinthe.

L’impact de la nouvelle orientation du gouvernement concernant le futur Plan métropolitain d’aménagement et de développement a pu être mesuré ce printemps lorsque Québec a bloqué un projet de développement résidentiel à Saint-Damase. Le ministre des Affaires municipales, des régions et de l’organisation du territoire, Laurent Lessard, avait écrit à la MRC pour l’informer que le projet de Saint-Damase ne cadrait pas avec « l’orientation 10 » d’un addenda qui modifiait les visées gouvernementales dans le développement de la CMM. L’intervention du ministre a eu pour effet d’empêcher que le périmètre urbain de Saint-Damase soit agrandi de 13 hectares, et cela même si la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) avait donné son aval au dézonage. L’orientation 10 vise les 15 MRC périmétropolitaines qui ceinturent la CMM, ce qui inclut la MRC Les Maskoutains. « Comme président de la Chambre de commerce, ça me préoccupe beaucoup. Ça change la donne pas mal. Dans la MRC, les maires sont tous en fusil parce que c’est le développement des municipalités qui est remis en cause », a indiqué Claude Corbeil. II a expliqué qu’il suivait le dossier de près depuis qu’il a appris, au mois de mai, ce qui s’était passé dans le cas de Saint-Damase. Ce n’est toutefois qu’en juillet que cette affaire a été rendue publique, lorsque la MRC a adopté une résolution demandant au gouvernement de retirer l’orientation 10 de l’addenda concernant la CMM. M. Corbeil a indiqué que la Chambre a opté pour une séance d’information après avoir vainement tenté d’obtenir une rencontre avec un représentant du ministère. Il estime que la situation doit être bien comprise de tous avant de poursuivre la formation des comités découlant des États généraux sur le développement économique de la MRC Les Maskoutains, tenus au mois de mai.

image