4 juillet 2019
Carte blanche
Inquiétudes!
Par: Pierre Bornais
publicité

Les élections fédérales approchent et un premier sondage visant à établir l’état d’esprit des Canadiens indique que les électeurs sont inquiets. Et cela de façon largement majoritaire, pour tout ce qui concerne leur avenir et celui de la planète, plus détraquée que jamais, de toute évidence.

En toile de fond, il est aussi question de la perte de confiance de la population face aux politiciens, jugés plus préoccupés par la petite politique et à l’écoute d’une certaine élite. Le grand paradoxe qui s’impose à première vue, c’est qu’en cette période de plein emploi ou presque, les citoyens ordinaires s’interrogent sur ce que le proche avenir leur réserve. Comme si la révolution industrielle en cours leur réservait de mauvaises surprises!

Voilà une conséquence directe du climat de suspicion et de l’insécurité mondiale que préconisent, à l’Est comme à l’Ouest, les maîtres de l’économie mondiale. Pour s’en convaincre, il suffit de voir à quel point le Canada, un petit joueur, est traité; aussi bien par la Chine que par les États-Unis. Bien crédule est celui qui prétend que le Canada est en mesure d’exiger quoi que ce soit de l’un ou de l’autre de ces géants.

L’autre sujet d’inquiétude concerne l’avenir de la planète; et c’est aussi l’envers d’une même médaille, quoique la situation ne soit pas aussi tranchée que dans le premier cas. Il est clair que la situation globale est de nature à décourager toutes les initiatives à petite échelle puisque les grands pollueurs – qui sont les mêmes – sont sourds et aveugles. Mais il ne faut pas baisser les bras et devenir proactifs.

Parfois, dans notre entourage plus immédiat, certains opposent volontiers écologie et économie; il faut au contraire accepter l’effort de les lier ensemble. Voilà comment tirer une vraie énergie de notre inquiétude.

image