7 juin 2012
Jacques Bousquet
Par: Le Courrier

Lorsque le diocèse a demandé à Jacques Bousquet d’officier les messes à la desserte Sainte-Monique, ce devait être en remplacement pour quelques semaines seulement. Force est de constater que ses souliers devaient être grands à chausser puisqu’il y annonce encore la parole de Dieu tous les dimanches 38 ans plus tard!

Son secret : prêcher par l’exemple. « Toute ma vie se résume à vouloir aider les autres, en toute simplicité, et en faisant de mon mieux », dit-il humblement.

Dans son église, pas de morale ou de ton patriarcal. « Qui je suis, moi, pour dire aux autres quoi faire? Quand je prêche, je parle au « nous ». Je réfléchis aux questions avec les personnes à qui je m’adresse. »Cet esprit d’égalité et de communauté se traduit dans l’ensemble des nombreuses implications de Jacques Bousquet. Au début des années 1980, il est notamment membre fondateur du Carrefour des groupes populaires dans lequel il s’impliquera jusqu’en 2003. Il joint aussi les rangs de la Coopérative funéraire de Saint-Hyacinthe naissante et de la Coopérative d’habitation.« Les coopératives, pour moi, c’est fondamental. Ce sont des gens qui prennent les choses en main et qui travaillent ensemble, qui s’en occupent. C’est une prise en charge qui donne le sens des responsabilités. »Encore en 2012, Jacques Bousquet est trésorier de la coopérative d’habitation, membre du conseil d’administration de la Fédération des coopératives d’habitation montérégiennes et secrétaire de la coopérative funéraire.Et à ceux qui pourraient voir une contradiction à faire la promotion d’une coopérative funéraire d’une part et de la vie éternelle de l’autre, Jacques Bousquet confie la clé d’un grand mystère : « C’est la coopérative funéraire qui conduit à la vie éternelle ».Amen.

image