28 novembre 2013
Accusé d'attentat à la pudeur
Jacques Desautels acquitté
Par: Maxime Prévost Durand

Le procès de Jacques Desautels, un Maskoutain de 87 ans devant répondre à une accusation d’attentat à la pudeur, a connu son dénouement vendredi. Il a été acquitté par le juge Gilles Charpentier.

Publicité
Activer le son

« Le tribunal ne peut pas écarter le témoignage de l’accusé et doit l’acquitter », a conclu le juge Charpentier, après la lecture du jugement au Palais de Justice de Saint-Hyacinthe le 22 novembre, rappelant les gestes reprochés à M. Desautels.

C’est avec un soupir de soulagement que les quelques proches de M. Desautels présents au Palais de Justice de Saint-Hyacinthe ont accueilli le verdict.La plaignante avait dénoncé son présumé agresseur en 2008 après l’avoir recroisé par hasard aux Galeries St-Hyacinthe. Elle lui reprochait entre autres de l’avoir forcée à le masturber en plus de l’avoir touchée intimement à plusieurs reprises entre 1955 et 1964. Elle affirmait que celui-ci assurait son transport en taxi entre Saint-Hugues et Saint-Hyacinthe durant cette période, alors qu’elle était âgée de 11 ans, pour la conduire chez un chiropraticien. Les attouchements répétés avaient lieu à ce moment, disait-elle.Dans son jugement, le juge a évoqué le manque de détails dans le témoignage de la plaignante concernant l’automobile où les gestes auraient été commis ainsi que les lieux des attouchements. « Mais on ne peut pas lui tenir rigueur puisqu’elle n’avait que 11 ans et qu’il s’agit d’un passé lointain. » De plus, il a rappelé que deux versions contradictoires avaient été livrées quant aux gestes qui étaient mis en cause et que la poursuite n’avait pu prouver hors de tout doute raisonnable que l’accusé est la personne qui a commis ce geste.« Dans le cas présent, l’accusé a fourni une version qui le disculpe. Son contre-interrogatoire n’a pas miné son témoignage », a conclu le juge.

image