16 août 2018
En tournée au Québec
Jagmeet Singh s’arrête à Saint-Hyacinthe
Par: Benoît Lapierre
À l’occasion de son passage à Saint-Hyacinthe, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a visité les installations municipales de biométhanisation en compagnie du maire Claude Corbeil, de la députée Brigitte Sansoucy et de Guy Nadeau, ingénieur en biotechnologie au Service de la gestion des eaux usées et de la biométhanisation à la Ville de Saint-Hyacinthe.

À l’occasion de son passage à Saint-Hyacinthe, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a visité les installations municipales de biométhanisation en compagnie du maire Claude Corbeil, de la députée Brigitte Sansoucy et de Guy Nadeau, ingénieur en biotechnologie au Service de la gestion des eaux usées et de la biométhanisation à la Ville de Saint-Hyacinthe.

Dans le cadre d’une tournée québécoise d’une semaine sur le thème des énergies renouvelables, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, s’est arrêté à Saint-Hyacinthe mardi pour visiter l’usine municipale de biométhanisation en compagnie de la députée de Saint-Hyacinthe-Bagot, Brigitte Sansoucy, et du maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil.

publicité

« C’est la cinquième plus grande installation du genre au monde », a signalé le maire Corbeil au point de presse qui a suivi la visite. Il a rappelé que ce projet représentait un investissement d’un peu plus de 80 M$ pour les trois partenaires publics qui y ont contribué, le gouvernement du Québec (42,2 M$), le gouvernement fédéral (11,4 M$) et la Ville de Saint-Hyacinthe (27 M$). La Ville, a-t-il ajouté, prévoit que la biométhanisation des matières organiques générera des revenus de 5,8 M$ en 2018 et des économies de 500 000 $ en carburant et chauffage, principalement grâce à la vente du gaz naturel au distributeur, Énergir.

« Je suis fier de recevoir le chef du NPD à Saint-Hyacinthe pour une visite incontournable. La biométhanisation est la démonstration réelle qu’il est possible de faire du développement économique dans le secteur des énergies vertes », a déclaré la députée Sansoucy.

Cette ancienne conseillère à la Ville de Saint-Hyacinthe reconnaît que les installations mises en place pour transformer en biogaz 50 % des matières organiques – le reste devient du terreau et du fertilisant – se sont avérées relativement dispendieuses, mais elle rappelle que Saint-Hyacinthe ouvrait la voie dans ce domaine. « Nous étions les premiers, nous avons été les pionniers de la biométhanisation », souligne-t-elle.

Pour Jagmeet Singh, c’est ce type de projets qui mérite d’être appuyé par le gouvernement fédéral, « au lieu d’acheter un vieux pipeline comme celui de Kinder Morgan avec 4,5 milliards $ d’argent public ou de faire des cadeaux aux géants du Web ».

Il considère que les fonds publics ne devraient servir qu’à soutenir des projets d’énergie propre, ce qui exclut à ses yeux les infrastructures pétrolières. « Avec l’achat de ce pipeline, le gouvernement, je pense, a fait un mauvais choix », tranche-t-il.

Ne détenant toujours pas de siège de député à la Chambre des communes, le chef néo-démocrate a annoncé il y a quelques jours qu’il sera candidat dans Burnaby South, en Colombie-Britanique, précisément là où se termine l’oléoduc Trans Mountain acheté par Ottawa. Il s’agit de l’une des cinq circonscriptions fédérales devant faire l’objet d’une élection partielle prochainement. Jagmeet Singh tentera d’y succéder à un autre néo-démocrate, Kennedy Stewart, qui a décidé de se présenter à la mairie de Vancouver. La date du scrutin dans Burnaby South n’est pas encore connue. « Nous faisons pression sur le premier ministre Trudeau pour qu’il déclenche rapidement ces élections partielles », a-t-il dit.

Visiblement fière de son chef, Brigitte Sansoucy avoue qu’il lui rappelle le regretté Jack Layton, le chef qui l’avait recrutée au NPD. « Jagmeet Singh, c’est Jack Layton avec un turban! », a-t-elle lancé en riant. 

image