26 septembre 2013
Jaguar F-Type : oui je l’aime!
Par: Marc Bouchard

Mon métier est incroyable. Il me permet de visiter les quatre coins du monde pour tester des voitures, de me mettre au volant des voitures les plus agréables ou les plus spectaculaires. Mais cette fois, j’ai atteint un paroxysme : j’ai conduit la voiture la plus belle de la dernière année, et peut-être même plus, la Jaguar F-Type.

Racée, stylée, esthétique, sophistiquée (notez que les lecteurs ont ici le droit d’allonger la liste des qualificatifs aussi longtemps que leur imagination le permet), la F-Type est le summum esthétique de la marque britannique. Le cabriolet sportif a en effet du style et de la gueule et ne lésine pas non plus sur la performance.

Il faut dire que la F-Type (et non Type F qui appartiendrait à une autre bannière comme appellation) est une voiture attendue depuis longtemps. Pourquoi? Simplement parce qu’elle est la première véritable nouveauté depuis belle lurette dans la très britannique compagnie. Bien sûr, les XK et XJ ont été passablement renouvelées et l’ajout des versions R ou RS a bien amené un peu de baume, mais en termes de véritable innovation, Jaguar tardait. La F-type vient corriger cela et de la plus belle des façons. Inspirée des classiques E-type des années 60, la F-Type propose un design spectaculaire; sa silhouette abaissée de véritable voiture sport se termine, comme il se doit, par la calandre Jaguar traditionnelle, bien qu’un peu raccourcie. Les phares sont spectaculaires, donnant l’allure de deux yeux encadrés par une ligne de lumière DEL sophistiquée. À l’arrière, comme le veut la tradition, le porte à faux est littéralement inexistant (le porte à faux étant la distance entre la roue arrière et le pare-choc flottant au-dessus du vide), ce qui contribue considérablement au comportement routier dynamique de la voiture. Un bon mot aussi pour les feux arrière dont le design est unique dans l’industrie; difficiles à décrire, disons seulement qu’ils sont à la fois effilés et arrondis par endroit, tout cela s’inscrivant à merveille dans un capot arrière totalement inspiré de l’ancienne E-Type. Quant au toit, une capote souple rétractable même en roulant jusqu’à 50 km à l’heure, il est bien insonorisé et sans souci.

Sous le capot

Notre voiture d’essai misait sur un moteur V6 de 320 chevaux, puisque c’est dans la version de base que j’ai passé quelque temps. Malgré la petitesse de ce nombre (relative petitesse évidemment pour une voiture sport), sachez que la légèreté de la voiture rend la conduite étonnamment souple et agréable. Et même si les suspensions sont conçues pour absorber toutes les trajectoires dynamiques de la conduite sportive, elles réagissent aussi bien à une conduite plus urbaine, n’entraînant aucun mal de dos impromptu.

Et une petite accélération, surtout en mode dynamique, rend le ronron du moteur encore plus vif et procurant un frisson supplémentaire. Je dois cependant admettre que j’ai aussi pu fréquenter un peu la version V8 S et ses 495 chevaux, et la sonorité est totalement spectaculaire (notez qu’une version V6 S de 380 chevaux est aussi au catalogue). Comme si tout cela n’était pas assez, à une vitesse de 98 km à l’heure, un petit aileron s’élève du capot arrière pour améliorer l’aérodynamique tout en affichant du même coup le logo Jaguar directement dans la rétroviseur. Un petit détail amusant. En fait, je n’ai trouvé que peu de défauts à ce luxueux cabriolet. L’habitacle est bien conçu, la finition sans reproche et la qualité des matériaux à la hauteur de la réputation de la voiture. Quelques bémols, comme la taille un peu trop réduite du coffre arrière (plus petit qu’une Porsche Boxster par exemple) ou la mise en place de poignées rétractables au verrouillage (j’ai hâte de voir comment elles se comporteront en hiver) sont parmi les seuls défauts. Quant au prix, j’ai été étonné : le prix de base est de 74 900 $, et la version la plus outillée dépasse à peine les 115 000 $. Beaucoup trop pour moi, mais pour ceux qui en ont les moyens, il s’agit presque d’une aubaine. Je l’avoue, j’ai adoré le look, le style et la conduite de la Jaguar F-Type. Ne me reste plus maintenant qu’à me trouver un ami fortuné qui s’en commandera une et qui acceptera de me la prêter à l’occasion pour satisfaire mon plaisir!

Forces :

– Design spectaculaire – Moteur puissant – Conduite amusante

Faiblesses :

– Coffre arrière – Fiabilité à prouver

Fiche technique :

Moteur : V6 3.0L Suralimenté Puissance (ch@tr/min) : 340 @ 6500 Couple (lb.pi@tr/min) : 332 @ 3500 Roues motrices : Arrière Transmission : Automatique à 8 rapports Freins : Disques avant/ disques arrière Consommation : 10,4l aux 100km (ville)/ 7,1 l aux 100 km (route) Prix : de 74 900 $ à 103 000 $

image