25 janvier 2018
« Jasons centre-ville », une invitation de Jeannot Caron
Par: Rémi Léonard
Qu’aura l’air le centre-ville de Saint-Hyacinthe en 2030? Un nouveau comité est sur le point d’être créé afin de discuter de cette question. Photothèque | Le Courrier ©

Qu’aura l’air le centre-ville de Saint-Hyacinthe en 2030? Un nouveau comité est sur le point d’être créé afin de discuter de cette question. Photothèque | Le Courrier ©

Un comité citoyen dédié au centre-ville est en élaboration à Saint-Hyacinthe. Comme son nom l’indique, « Jasons centre-ville » vise à établir un espace de discussion pour que les Maskoutains puissent échanger sur leur vision de ce secteur.

Son initiateur, le conseiller Jeannot Caron, insiste pour ouvrir le comité à tous ceux qui fréquentent le centre-ville de près ou de loin, qu’ils soient résidents, commerçants ou usagers. Une première rencontre aura lieu le samedi 10 février à 13 h au centre communautaire Christ-Roi afin d’établir les bases de ce comité. Le point de départ sera de réfléchir à l’avenir du centre-ville. « Où veut-on que le centre-ville soit en 2030? », questionnera Jeannot Caron pour orienter la discussion.
Si tous sont les bienvenus, à peu près tous les sujets le seront également. « On risque de parler de densification, de mobilité urbaine, de culture, de loisirs, de tout ce qui touche à la qualité de vie finalement. C’est souvent de ça que les gens veulent parler », anticipe le conseiller du centre-ville.
Ces rencontres mensuelles répondront ainsi à un besoin d’écoute au sein de la population, avance-t-il. « Je pense que c’est un message que les citoyens ont envoyé aux dernières élections », a rappelé l’élu.
Le regroupement ne sera pas un comité consultatif formel au sein de l’administration municipale, mais plutôt un comité indépendant. « Ce qui en sortira, je pourrai quand même en faire le relais au conseil », a-t-il avancé.
Attention, ce ne sera pas simplement un endroit pour chialer, avertit-il. « Je veux que ça soit festif. Il faut que les citoyens s’impliquent, autant les jeunes que les aînés. Il faut que tous puissent y mettre de leurs couleurs, et c’est en jasant qu’on va faire ressortir des lignes directrices », plaide Jeannot Caron.

image