18 décembre 2014
Jérôme Desrosiers entame sa deuxième saison avec NHM
« Je sais ce qu’on attend de moi »
Par: Maxime Prévost Durand
Le Maskoutain Jérôme Desrosiers a entamé sa deuxième saison avec l’école secondaire Northfield Mount Hermon. Photothèque | Le Courrier ©

Le Maskoutain Jérôme Desrosiers a entamé sa deuxième saison avec l’école secondaire Northfield Mount Hermon. Photothèque | Le Courrier ©

Les attentes ne sont plus les mêmes à l’égard de Jérôme Desrosiers au sein du programme de basketball de l’école secondaire Northfield Mount Hermon, au Massachusetts. Il n’est plus un freshman. Il est maintenant un sophomore. Et le Maskoutain sait très bien ce qu’il doit faire pour satisfaire les exigences de son entraîneur, John Carroll.

publicité

Jérôme a entamé au cours des dernières semaines sa deuxième saison avec NMH, l’équipe classée 2e favorite aux États-Unis dans les rangs scolaires. Un total de 16 joueurs composent la formation.

Bien qu’il occupe une place de choix au sein de l’équipe, Jérôme ne fait pas partie des cinq joueurs partants pour le moment. « C’est moi le premier qui sort du banc pour remplacer un joueur », indique-t-il.

En seulement une année passée aux États-Unis, le Maskoutain constate déjà une belle progression dans son jeu. « Physiquement, je suis plus fort et plus gros que l’an dernier. C’est rendu plus facile de pousser les gars et de lutter pour le ballon au rebond, dit-il. L’an dernier, j’étais peut-être un peu intimidé parce que les gars étaient plus grands que lorsque je jouais à Saint-Bruno. Je suis plus rapide et je vois mieux le jeu. Je suis meilleur pour anticiper. »

Il a travaillé fort au cours de sa première année dans le programme, alors qu’il était le seul freshman de l’équipe. Maintenant, sa place est bien acquise et l’entraîneur Carroll souhaite le pousser vers un rôle de meneur pour les prochaines saisons. « On sait qu’il est en train de nous préparer pour qu’on soit des leaders, Thomas Murphy, un autre sophomore, et moi », soutient Jérôme.

L’avertissement du coach

Son entraîneur semble voir un beau potentiel en lui, mais il ne s’est pas gêné pour lui lancer un avertissement. « Il m’a dit que j’étais talentueux, mais que si je ne travaille pas fort à chaque présence, ça ne sert à rien que je joue, relate l’athlète de 17 ans. Je sais ce qu’il attend de moi. Il veut que je joue fort à chaque présence, donc quand je ne le fais pas, il m’assoit tout de suite. »

Même s’il est conscient que l’entraîneur en attend plus de sa part qu’à sa première saison, le Maskoutain ne s’en fait pas trop. « Je ne pense pas que j’ai plus de pression [cette année]. C’est juste que l’an dernier, tout était nouveau, alors que maintenant je sais comment ça fonctionne. »

Dès la fin de la saison prochaine, les recruteurs des collèges américains pourront commencer à entrer en contact avec Desrosiers afin de l’inciter à joindre leurs rangs le moment venu. Mais pas avant. Les équipes ne peuvent courtiser un joueur freshman ou sophomore. C’est la règle.

Voyage en Europe

NMH et Jérôme profiteront de la pause au calendrier régulier lors du temps des Fêtes pour participer à un tournoi de basketball en Belgique, l’Invitation Coca-Cola des moins de 19 ans. Au moins trois rencontres sont prévues là-bas.

Juste avant de partir pour l’Europe, ils se rendront en Floride pour y disputer deux rencontres hors-concours.

« C’est bien parce qu’on ne perdra pas la forme. Pendant ce temps, les joueurs des autres équipes seront sûrement à la maison dans leur divan. Mon entraîneur est super emballé par ça. J’ai également très hâte. »

La saison prendra véritablement son envol en janvier alors qu’une dizaine de rencontres du calendrier régulier sont à l’horaire au cours du mois. Jusqu’à maintenant, une seule joute régulière a eu lieu et NMH l’a remportée 103 à 51 face à Brooks School.

image