6 juin 2013
J’innove à mon tour
Par: Martin Bourassa

La grande région de Saint-Hyacinthe – Terre d’innovation.

Inspiré par la nouvelle image de marque de la région maskoutaine, j’ai décidé de prendre le slogan au mot et d’innover à mon tour.Comment? En écrivant un éditorial qui n’abordera pas les sujets chauds du moment.Il ne sera donc aucunement question dans ces quelques lignes du CLD Les Maskoutains, de la Cité de la biotechnologie, de la Ville de Saint-Hyacinthe, des élections municipales, du maire Claude Bernier, de la Métairie, du Conference Board, de la grève à l’Hôtel des Seigneurs, du Collège Antoine-Girouard ou d’Yvan Loubier.J’ai décidé de prendre une petite pause salutaire d’une semaine, question de me faire du bien et de vous en faire également au détour. D’une pierre, deux coups.Ce qui m’inspire cette semaine? Ils sont plusieurs en fait à le faire. Je me remets à peine de la soirée hommage aux personnalités maskoutaines de l’année, une initiative conjointe de la Chambre de commerce locale et du Courrier de Saint-Hyacinthe. Et je baigne encore dans cet élan de fierté et de passion. Autant de belles et bonnes personnes au même endroit et sur une même tribune, on ne voit pas ça tous les jours chez nous. Des bénévoles oeuvrant trop souvent dans l’ombre, des gens d’affaires méconnus, mais passionnants, de vaillants soldats du communautaire, des administrateurs axés sur l’excellence et la réussite, des athlètes inspirantes et inspirées, des témoignages sentis et poignants qui regorgent de sincérité, de détermination et de franchise, l’édition 2012-2013 nous a fait découvrir et apprécier de grands Maskoutains. Des gens qui gagnent à être connus et c’est justement le but de cette initiative.Offrir une tribune de qualité pour mettre en valeur des modèles différents, mais complémentaires. Des gens comme René Leroux, notre personnalité de l’année, Annie Moniqui et Valérie Welsh, France Guilmain, France Martin, Jean-Paul Saint-Amand, Éric Nadeau et Michel Fortin. Ceux qui n’étaient pas au centre des arts Juliette-Lassonde, mardi soir, ont manqué une belle soirée et un incroyable antidote à la morosité ambiante. Je vous invite d’ailleurs à prendre le temps d’écouter le compte-rendu qu’en fera TV Cogeco au cours des prochains jours. Je vous mets même au défi de rester insensible au témoignage du père de Valérie Welsh.Oui il s’est dit et écrit beaucoup de choses récemment dans ces pages sur l’état économique de la grande région de Saint-Hyacinthe. J’ai promis de ne pas en rajouter cette semaine, et je ne vais pas le faire, rassurez-vous. Car on peut discuter longtemps de PIB, d’emplois et de statistiques, et se lancer dans de grandes comparaisons, mais s’il y a bien un aspect où les Maskoutains n’ont absolument rien à envier à personne et regorgent de richesses, c’est bien dans l’engagement, le dévouement et la passion de tous ces gens autour de nous qui s’investissent pour le bien, l’avancement et le développement de notre communauté. Ceux qui le font avec détachement, sans rien attendre en retour, sinon un simple merci, un sourire ou une petite tape dans le dos.Vraiment, il fait bon vivre à Saint-Hyacinthe.

image