8 décembre 2011
La Caisse Desjardinsde Saint-Hyacinthe victime de clonage
Par: Martin Bourassa

La Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe a été victime de fraude au cours des derniers jours. Une enquête interne a permis de découvrir qu’un système de clonage avait été installé sur deux de ses terminaux au point de vente (TPV).

publicité

Le Centre de services du centre-ville et le Centre Les Salines ont été visés. Selon nos informations, ce sont deux TPV installés au comptoir qui auraient servi au clonage et non des guichets automatiques. L’enquête devra établir comment un système de clonage a pu être installé à ces endroits précis.

La Caisse n’a pas précisé combien de clients ont pu être floués par ce stratagème, ni combien de transactions frauduleuses ont été effectuées.On assure toutefois que tous les clients concernés ont déjà été rejoints ou ont vu leur carte être désactivée. Aucun membre ne sera pénalisé financièrement. « Les sommes dues, incluant les intérêts encourus sur les marges de crédit et les frais d’Interac ainsi que les frais pour chèque sans fonds seront remboursées », dit Jean-René Pelletier, directeur général de la Caisse, dans une publicité publiée dans cette édition du Courrier.Le journal a pu s’entretenir avec l’une des clientes touchées par cette fraude.« J’ai reçu un appel de la Caisse lundi pour me dire que ma carte avait été clonée et qu’un retrait de 300 $ avait été effectué à partir d’un dépanneur de Toronto », a confié cette dame qui a vu réapparaître cet argent dans son compte mercredi matin.Les terminaux de tous les points de services de la Caisse Saint-Hyacinthe ont été vérifiés et sont conformes et sécuritaires, assure la direction de la caisse locale, qui s’attend à ce que tout rentre dans l’ordre d’ici la fin de la présente semaine.Une ligne téléphonique a quand même été mise à la disposition de la clientèle.On invite les clients qui ont des questions en lien avec cette situation particulière à composer dès maintenant le 450 768-3030.La direction de la Caisse n’avait pas rappelé au moment de mettre sous presse.

M.B.

image