2 mai 2013
Restructuration chez Desjardins
La Caisse ferme deux centres de service
Par: Le Courrier

Afin de réduire ses frais et demeurer compétitive, la Caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe éliminera deux de ses huit points de service dès le 7 juin, puis en fondra deux autres en un seul à l’été 2014.

Publicité
Activer le son

La nouvelle est tombée lundi soir au cours de l’assemblée générale annuelle des membres, au Centre des arts Juliette-Lassonde. Les centres de service qui disparaîtront en juin 2013 sont ceux de Saint-Thomas-d’Aquin et La Providence. Puis, à l’été 2014, ce sont ceux de l’Assomption et Sainte-Rosalie qui seront éliminés pour être fusionnés en un seul.

Les deux guichets automatiques du centre de service La Providence seront toutefois conservés au même endroit, tandis que les deux guichets automatiques de Saint-Thomas-d’Aquin seront réinstallés dans un nouveau centre libre-service qui se trouvera le long du boul. Laframboise, quelque part entre la route 235 et l’autoroute 20. La Caisse est à la recherche d’un bon emplacement.Quant aux centres de services l’Assomption et Sainte-Rosalie, ils seront regroupés à l’été 2014 dans un nouveau centre qui se trouvera à mi-chemin entre leurs locaux actuels, en bordure du boul. Laurier Est (route 116).C’est donc dire qu’une fois cette réorganisation complétée, le réseau de distribution de la Caisse de Saint-Hyacinthe sera constitué de quatre centres dispensant tous les services (le siège social de la rue Girouard Ouest, le centre Les Salines, le centre Douville et le centre Assomption / Sainte-Rosalie), de trois centres libre-service (La Providence, Saint-Thomas-d’Aquin et le centre Saint-Joseph existant), de même que du centre de service conseil Maska, qui est aussi équipé de guichets automatiques. « Avec ces centres, nous serons encore plus présents à Saint-Hyacinthe que toutes les banques de la Ville ensemble », fait valoir le directeur général de la Caisse, Jean-René Pelletier. Notons qu’au siège social de la rue Girouard, un troisième guichet automatique a été ajouté le 17 avril et que d’ici la fin de l’été, l’aire d’accueil y sera complètement réaménagée.Tous les employés concernés par les fermetures conserveront un travail dans la structure de la Caisse de Saint-Hyacinthe, assure la direction.

Nécessaire

Jean-René Pelletier a expliqué que la décision du conseil d’administration de réduire le nombre de centres reposait sur une analyse très serrée de la situation. « Les habitudes ont changé. Aujourd’hui, neuf transactions sur dix sont réalisées ailleurs qu’au comptoir », a-t-il souligné en livrant des données précises pour chaque centre de service frappé de fermeture.

À Saint-Thomas-d’Aquin, où résident 3 042 personnes, 1 580 d’entre elles sont des membres de la Caisse Desjardins. Pourtant, seulement 136 de ces membres se sont présentés au comptoir du centre de service en 2012 et de ce nombre, seulement 79 habitent Saint-Thomas-d’Aquin.À La Providence, sur une population de 7 293 personnes, dont 4 734 membres de la Caisse, seulement 281 résidants se sont prévalus l’an dernier du service au comptoir, sur 490 utilisateurs au total. La situation est la même dans l’Assomption / Sainte-Rosalie, où vivent 9 228 personnes, dont 5 726 membres de la Caisse. Dans ces deux secteurs, seulement 315 résidants ont profité du comptoir de service en 2012, sur 514 utilisateurs en tout.Pour M. Pelletier, les chiffres parlent d’eux-mêmes. « Il y aura un impact pour seulement 97,3 % de nos 48 000 membres. À Saint-Hyacinthe, 56 % des gens sont membres de la Caisse, mais nous réalisons seulement 31 % du business en prêt et épargne. Ça veut dire que les banques, qui donnent moins de service que nous, ont deux fois notre volume d’affaires », signale-t-il.Néanmoins, il considère que la Caisse a connu une excellente année 2012 malgré des taux d’intérêt très bas, et c’est le tableau qu’il a dépeint en assemblée générale. Le volume d’affaires a atteint les 3 milliards $, en hausse de 182 millions $, et la Caisse a réalisé un excédent d’exploitation de 8,3 millions $, soit 3 millions $ de moins qu’à la fin de 2001, principalement en raison de la baisse des taux d’intérêt. La Caisse sera néanmoins en mesure de verser à ses membres une ristourne totale de 2,17 millions $, celle-ci étant maintenant plafonnée à 30 % de l’excédent. Durant la période de trois ans qui a suivi la fusion de 2009, ce plafond était de 40 %, de sorte que plus de 14,5 millions $ ont été versés en ristournes au cours des quatre dernières années.

image