28 mai 2020
La Cascades piétonne… en formule réduite
Par: Le Courrier

Photo François Larivière | Le Courrier ©

La piétonnisation de la rue des Cascades ira bel et bien de l’avant d’ici quelques jours, mais dans une formule considérablement réduite par rapport au projet présenté dans notre dernière édition.

Publicité
Activer le son

En principe, le temps d’arrêt décrété vendredi par la Ville et la SDC dans le dossier tient toujours puisqu’aucune annonce officielle n’a été faite depuis, mais LE COURRIER a appris que le conseil municipal s’était néanmoins entendu à majorité sur un compromis.

Au lieu de fermer cette artère stratégique à la circulation sept jours par semaine pendant 12 semaines consécutives, les élus ont plutôt convenu de tester cette idée du jeudi au dimanche tous les week-ends de juin. Le projet pilote devrait donc voir le jour dans une semaine exactement, à partir du jeudi 4 juin.

Toujours selon nos informations, c’est par un vote de sept conseillers contre deux que la décision a été prise lundi soir au terme d’une réunion plénière du conseil municipal. À ce jour, aucune confirmation n’a été donnée du côté de la Ville ou de la SDC. La prochaine séance du conseil municipal, qui se tiendra le lundi 1er juin, pourrait nous en apprendre plus à ce sujet.

Une pause salutaire

Cette version réduite pourrait toutefois être la « solution rassembleuse » évoquée par le maire Claude Corbeil dans le communiqué annonçant la mise en suspend du projet pilote, paru vendredi dernier.

Tant la Ville que la SDC y réitéraient leur conviction que la piétonnisation de la rue des Cascades serait bénéfique pour le centre-ville, mais qu’il fallait auparavant « rassurer les commerçants » afin d’arriver à une « réelle acceptabilité sociale ». La position officielle reconnaissait d’emblée la « réaction mitigée de plusieurs commerçants » et convenait de « consulter davantage » avant d’implanter le projet.

Entre temps, un véritable débat public s’est engagé dans la communauté maskoutaine au courant de la dernière semaine et des comités POUR et CONTRE se sont même formés pour faire valoir chacun leurs points de vue.

Rémi Léonard et Martin Bourassa | Le Courrier

image