28 mars 2019
Incendie d’une meunerie à Saint-Pie
La cause demeure indéterminée
Par: Olivier Dénommée

Depuis jeudi dernier, plusieurs curieux se sont déplacés pour constater ce qu’il reste de la vieille meunerie, qui faisait partie du paysage depuis 75 ans. Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est un triste spectacle qui s’offrait aux résidents de Saint-Pie et des environs dans la nuit du 20 au 21 mars alors que la vieille meunerie située au 59, avenue Roy était la proie des flammes.

Publicité
Activer le son

Le directeur du service de sécurité incendie de Saint-Pie, Sylvain Daigneault, a précisé avoir reçu l’appel à 21 h 51 et que pas moins de 83 pompiers issus de 10 municipalités ont combattu le brasier pendant de longues heures. L’incendie, qui a frappé la vieille meunerie construite en 1943 et 1944 aux suites d’un autre feu, a été un beau défi à contrôler vu son importante portion en bois massif.

Au plus fort de l’incendie, une impressionnante colonne de feu était visible à des kilomètres à la ronde. Le défi des pompiers était surtout d’éviter que les maisons environnantes soient endommagées par les flammes et les tisons. Vers 4 h du matin, les pompiers ont pu dire mission accomplie même s’il ne reste plus grand-chose du bâtiment agricole. On ne dénombre aucun blessé et les propriétés voisines n’ont subi que très peu de dommages.

Une rare intensité

Les curieux étaient nombreux à se rendre sur place ou à suivre les vidéos et les photos publiées sur les réseaux sociaux. Parmi ceux-ci, le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, a vu l’incendie de près. « Plusieurs ont été interpellés par les photos montrant un feu d’une rare intensité. Même les pompiers n’en croyaient pas leurs yeux », relate-t-il.

M. St-Pierre salue au passage la « très bonne coordination » des pompiers de Saint-Pie et des autres municipalités qui ont fait selon lui un travail impeccable dans les circonstances.

Quant à la cause, l’enquête a rapidement été transférée à la Sûreté du Québec. Encore hier, aucun rapport d’enquête ne permettait de confirmer une hypothèse sur ce qui a pu déclencher l’incendie.

Anciennement Nutrition animale St-Pie

La meunerie n’était plus en activité depuis belle lurette, mais le magasin Nutrition animale St-Pie tenait boutique dans le bâtiment depuis plusieurs années. La pancarte du commerce était toujours visible au lendemain de l’incendie et plusieurs citoyens se sont demandé si le commerce avait été affecté par le feu.

Toutefois, le magasin avait déménagé quelques mois auparavant dans un nouveau local situé au 252, chemin de Saint-Dominique. « On a tout déménagé le 15 décembre et il ne restait que quelques palettes sur place », mentionne Marcel Piché, propriétaire de Nutrition animale St-Pie. Ce dernier a dû rassurer quelques personnes sur les réseaux sociaux au lendemain du feu.

Depuis le départ du magasin, la bâtisse semblait désaffectée, mais le propriétaire Paul Laramée, joint au téléphone en début de semaine, a confirmé qu’il restait quelques locataires, principalement pour de l’entreposage et l’utilisation des garages. Officiellement, l’ancienne meunerie appartenait à son entreprise La vieille meunerie du cow-boy inc. Comme l’enquête sur la cause du brasier se poursuit, M. Laramée n’est pas en mesure pour le moment d’émettre davantage de commentaires sur ses intentions et sur les pertes qu’il a subies. « J’ai juste hâte que cette histoire se termine », lance-t-il au bout du fil, promettant d’en dire plus lorsque ce sera possible.

image