21 novembre 2013
La charte de fondation de la Cité sort de l’ombre
Par: Martin Bourassa

Longtemps réclamée en vain, la charte de fondation de la Cité de la biotechnologie de Saint-Hyacinthe a finalement été rendue publique… par la bande!

Publicité
Activer le son

C’est le candidat défait à la mairie de Saint-Hyacinthe, Gaston Vachon, qui l’a remise au COURRIER lors de la récente campagne électorale. Ce dernier l’avait obtenue du directeur général de la Cité, Mario De Tilly.

« Je lui ai remise, car il me l’a demandée, a expliqué tout bonnement M. De Tilly au COURRIER. Les autres candidats me l’ont-ils demandée, je ne le sais pas. »Invité à dire ce qu’il voyait dans ce document de quatre pages pour justifier le fait que la Cité soit un organisme privé et non public, M. De Tilly n’a pu pointer aucun élément.Il a plutôt retourné la question à son interlocuteur en lui demandant en quoi cette charte confirmait le caractère public de la Cité de la biotechnologie.Quand nous lui avons mentionné que cette charte confirmait noir sur blanc le statut d’organisme sans but lucratif de la Cité et que les huit administrateurs présents à sa création en janvier 2003 émanaient tous sans exception de la sphère publique, M. De Tilly s’est étonné. « Oui, mais à cet égard, à la Caisse de dépôt, la plupart des administrateurs viennent du public, je ne comprends pas », a répliqué M. De Tilly.Quand nous lui avons fait remarquer que justement les états financiers de la Caisse de dépot étaient du domaine public, il a lancé que toutes les informations financières de la Caisse ne l’étaient pas, avant de revenir à celles de la Cité. « Les états financiers de la Cité sont publics, je les remets à la Ville et à ceux qui sont concernés, mais pas aux journalistes. Mais bon, il y aura un nouveau conseil d’administration et moi je vis avec les décisions du conseil. Si ces changements-là sont demandés, je donnerai les états financiers sans aucune difficulté. »Informé que le nouveau maire de Saint-Hyacinthe et ex-employé du CLD, Claude Corbeil, avait clairement indiqué en campagne qu’il considérait les états financiers de la Cité comme étant du domaine public, M. De Tilly a dit être bien au fait de cette déclaration. « Parfait, il demandera un avis [juridique], un avis sera demandé et ce sera au conseil de la Cité de se prévaloir ou non de cette demande-là. Moi je n’ai pas d’opinion personnelle sur ce sujet. »

L’exemple de Laval Technopole

Dans un reportage publié le 29 octobre dans La Presse, la journaliste Kathleen Lévesque s’est intéressée au cas de Laval Technopole et de la Cité de la Biotech, deux organismes « indépendants » présidés par Pierre Desroches.

Grâce à l’information obtenue auprès de Laval Technopole, elle a exposé les grandes lignes du contrat de travail du PDG, en insistant sur son traitement, ses allocations mensuelles, sa contribution REER et son éventuelle indemnité en cas de départ.« J’ai vu le texte de La Presse et je l’ai trouvé très intéressant. Laval Technopole tire 100 % de ses revenus du municipal, ils sont une prolongation du municipal, alors que ce n’est pas le cas chez nous. Oui Laval est plus transparent que Saint-Hyacinthe, c’est étonnant n’est-ce pas? », a lancé M. De Tilly pour justifier son refus de rendre public son propre contrat de travail.Rappelons que le CLD, la Ville de Saint-Hyacinthe et Le Courrier de Saint-Hyacinthe ont rendez-vous devant la Commission d’accès à l’information dans quelques mois pour débattre entre autres des états financiers et des dépenses inhérentes au fonctionnement du CLD et de la Cité de la biotechnologie de Saint-Hyacinthe.Les administrateurs provisoires de la Cité de la biotechnologie en 2003 Jacques Dupré, président du CLD Les MaskoutainsJohanne Tanguay, directrice générale de Cintech agroalimentaireRaymond Roy, doyen de la Faculté de médecine vétérinaireMichel Daviau, préfet de la MRC des MaskoutainsClaude Bernier, maire de la Ville de Saint-HyacintheGérard Boutin, directeur général MAPAQSerge Cloutier, directeur général Cégep de Saint-HyacintheLéandre Dion, député de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée nationale

image