16 janvier 2014
41 e Tournoi pee-wee de Saint-Hyacinthe
La classe AAA fait ses preuves
Par: Maxime Prévost Durand

Sceptique à l’aube du tournoi quant à la pertinence de l’arrivée de la classe AAA au niveau pee-wee et de son impact sur les classes inférieures, le président du Tournoi pee-wee de Saint-Hyacinthe, Lucien Beauregard, n’avait que de bons mots en évoquant cette nouveauté dans le bilan de fin de tournoi.

Publicité
Activer le son

S’il y a une chose à retenir de cette 41 e édition, la première en formule nationale, M. Beauregard songe immédiatement au spectacle offert par la classe AAA. « Ça a eu un impact énorme sur le tournoi. Le calibre était très relevé, il y a une grosse différence entre le AAA et le AA. C’est beaucoup plus stratégique. Le AAA a prouvé qu’il avait vraiment sa place. »

La preuve? Il estime à plus de 1 700 personnes le nombre de spectateurs présents pour la finale de cette catégorie. La meilleure foule depuis longtemps pour une finale.Une autre nouveauté a marqué cette édition du tournoi. Entre 700 et 800 élèves provenant de quelques écoles maskoutaines ont assisté à une partie opposant les Gaulois d’Antoine-Girouard au Typhon du Séminaire Saint-François de Québec le vendredi après-midi.« C’est une initiative de Simon Désautels (agent de développement du sport-études à l’école Fadette) et plusieurs écoles ont répondu à l’appel. C’est quelque chose qu’on veut assurément refaire au cours des prochaines années et on sera encore mieux préparé », soutient le président du tournoi. Les écoles primaires René-Saint-Pierre et Bois-Joli-Sacré-Coeur étaient présentes, de même que quelques classes de l’école secondaire Fadette et de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme.

Rencontre avec Syscomax

L’organisation du Tournoi pee-wee rencontrera au cours de prochains jours la Ville et la firme Syscomax, laquelle construit présentement le complexe de trois glaces privé qui sera inauguré à temps pour la prochaine saison.

Le tournoi devra donc composer avec le Stade L.-P.-Gaucher, comme il le fait déjà, et le complexe privé pour sa 42 e édition. Plusieurs questions sont soulevées par Lucien Beauregard. « Pourra-t-on amener notre bouffe? Pourra-t-on vendre notre bière? C’est notre plus gros revenu, la bière. Ça représentre entre 50 % et 60 % de nos revenus. On ne peut pas se permettre de perdre ça! »Un montant moyen de 30 000 $ est remis annuellement à l’Association de hockey mineur de Saint-Hyacinthe grâce aux revenus engendrés par le tournoi pee-wee. Un montant que M. Beauregard a peur de voir descendre avec l’arrivée du complexe privé.

image