17 mai 2012
La clique
Par: Martin Bourassa

Quelques observations générales (!) sur les États généraux sur l’avenir économique de la MRC, orchestrés par la Chambre de commerce.

publicité

Quelques observations générales (!) sur les États généraux sur l’avenir économique de la MRC, orchestrés par la Chambre de commerce.

Il faudrait justement relativiser le caractère général de ces États, un qualificatif qui sous-entend la participation d’un large ensemble d’individus de tous les secteurs. Un exercice supporté par 26 mémoires et qui se déroule en présence de 150 personnes peut-il être vraiment représentatif de la volonté du milieu? Est-ce que débattre pendant une heure ou deux d’une orientation sur les offres résidentielle et commerciale regroupant trois grands objectifs et 17 pistes d’action permet de faire le tour d’une aussi vaste question et de dégager un consensus fort? Au niveau du développement du tourisme d’affaires, la seule question de la municipalisation du centre de congrès de l’Hôtel des Seigneurs et de la création d’un partenariat public privé pour sa mise à niveau, la prise en charge de sa gestion et la construction d’un stationnement étagé mériterait à elle seule un débat de quelques semaines tant les enjeux sont complexes. Et ce n’est qu’un petit point parmi tous ceux qui ont été soumis à l’analyse d’une poignée d’individus qui n’ont eu aucune préparation préalable avant de débattre de pistes d’action qu’ils ont présentées la journée même.Certains ont quitté les États généraux avec l’impression d’avoir été floués.Ils sont d’avis qu’on s’est servi de ce rassemblement pour faire endosser à la sauvette un plan de match déjà concocté à l’avance par des gens hautement intéressés.On associe donc ces États généraux aux manoeuvres d’une petite clique de décideurs des milieux municipaux et parapublics qui nous diront ensuite que les priorités retenues font l’objet d’un large consensus, puisqu’elles ont été endossées par le milieu. Ce serait énorme comme affirmation. Je n’irai pas jusqu’à prétendre que l’exercice était futile, mais je m’interroge sérieusement sur la forme. À mon sens, il reste encore beaucoup d’idées à débattre avant d’en faire des paroles d’évangile.

M.B.

image